Les 15 séries de la rentrée à ajouter à votre to watch-list

Classé dans : Home, Séries, Top 5 Records | 0
L’heure de la rentrée séries a enfin sonné ! Pour vous aider à y voir un peu plus clair dans la jungle des nouveautés, lancées cette année encore par poignées, Pop’Up vous a préparé une petite liste d’indispensables. Sélection effectuée en toute subjectivité par la rédaction après une intense privation de sommeil.

 

popanduprentreeserieswestworld

           Westworld

De quoi ça parle : Dans un futur plus ou moins proche, le Westworld, parc à thème, permet à ses visiteurs de revivre la conquête de l’ouest. Cette machine, pourtant bien huilée, commence à prendre l’eau quand les robots à l’apparence humaine qui anime le parc, se découvrent une conscience artificielle et remettent en cause leur mode de vie. L’humanité ferait alors bien de se mettre aux abris.

Ses parents : Persons of Interest et Deadwood, intelligences artificielles au pays des cowboys.

Son point fort : un générique à faire pâlir d’envie toute chaîne de la TNT : adaptation de Michael Crichton (Jurassic Park), production de J.J Abrams (Star Wars VII), écriture de Jonathan Nolan (frère de, mais surtout scénariste de Memento et Interstellar) et petites têtes d’Anthony Hopkins, Evan Rachel Wood, Ed Harris, James Marsden, Sidse Babett Knudsen, Jeffrey Wright & Co pour interpréter tout ça.

Son point faible : La clarté. Si on ne peut que louer l’ambition des histoires des frères Nolan, il y a toujours un moment où l’on se perd et sortons un magnifique « gnééé?! » à notre voisin. Pas de storylines alambiquées Jonah, ok ?

Taux d’impatience : 89 %

Le 02/10 sur HBO, dès le lendemain sur OCS City.
Voir le trailer ici.

 


popanduprentreeseriescrisisin6scenes

             Crisis in 6 scenes

De quoi ça parle : Au coeur de l’Amérique contestataire des années 60, une famille voit sa vie chamboulée par l’arrivée d’un invité inattendu. C’est peu, mais c’est tout ce que l’on sait pour le moment.

Ses parents : Mes plus belles années et la filmographie intégrale de Woody Allen, névroses à gogo durant les sweet sixties.

Son point fort : Woody Allen. Avec une vivacité intellectuelle qui lui permet encore aujourd’hui, à 80 ans, de nous pondre un film par an, ce n’était qu’une question de temps avant que Woody ne se laisse gagner par les sirènes du petit écran comme ses copains Scorsese, Luhrmann ou Soderbergh. Oh et puis sinon, l’intelligence, la gouaille, le charisme, la réhabilitation de Miley Cyrus, tout ça …

Son point faibleLa durée. Même si Crisis in 6 scenes est vouée à n’avoir qu’une saison, Woody Allen peut-il être aussi étincelant durant 6 épisodes qu’il l’est sur un film ? Oh et puis Gad Elmaleh aussi, faut pas déconner.

Taux d’impatience  : 87 %

Le 30/09 sur Amazon Video, pour l’instant inédite en France.
Voir le trailer ici.

 


popanduprentreeseriesatlanta

           Atlanta

De quoi ça parle : Earn, trentenaire paumé, revient dans sa ville natale d’Atlanta en espérant trouver de quoi faire vivre sa petite famille et, éventuellement, un but à sa vie. Lorsque son cousin commence à percer dans le milieu du hip hop local, il décide de devenir son manager.

Ses parents : How To Make It In America et The Get Down, la débrouille et le hip hop comme échappatoire.

Son point fort : l’élégante mélancolie qui enveloppe la série. Dramédie attachante sur la quête de soi, Atlanta a, qui plus est, de la gueule, une identité, une touche. Pas étonnant de la retrouver sur la chaîne qui a déjà amené Louie, You’re The Worst ou Fargo jusqu’à nos petits coeurs fragiles.

Son point faible : Le fait que Donald Glover ait quitté Community avant la fin pour développer Atlanta… #SixSeasonsAndAMovie Donald, c’était pourtant pas dur.

Taux d’impatience : 85 %

Le 06/09 sur FX, pour l’instant inédite en France.
Voir le trailer ici.

 


popanduprentreeseriestheyoungpope

            The Young Pope

De quoi ça parle : Pie XIII, aka Lenny Belardo, aka Jude Law, devient le plus jeune souverain pontif élu. Et le premier américain. Ultra-conservateur, machiavélique, cynique, mais aussi sensible, sexy et rock’n’roll (clope et Cherry Coke au p’tit déj), son arrivée au Vatican risque de retourner de la soutane.

Ses parents : Borgia et House Of Cards, les coulisses du Vatican, cet univers impitoyable.

Son point fort : Paolo Sorrentino. L’italien, oscarisé pour La Grande Bellezza en 2014, se lance dans la série télé. Adepte du clinquant à l’italienne, on espère que son imaginaire baroque sera au service d’une réalisation ample et chargée. Mais pas trop.

Son point faible : Jude Law ayant renoncé au plaisir de la chair ? A d’autres !

Taux d’impatience : 82 %

Le 27/10 sur Canal+.
Voir le trailer ici.

 


popanduprentreeseriesfleabag

           Fleabag

De quoi ça parle : Fleabag (littéralement « sac à puces ») a la trentaine décomplexée mais aussi un brin dépressive. Naviguant dans Londres entre sa soeur psychorigide, son ex indécis, son père influençable, sa belle-mère passive-agressive et l’absence de sa meilleure amie, fraîchement suicidée, la jeune femme se cherche.

Ses parents : Catastrophe et Broad City, amour, névroses et féminisme.

Son point fort : sa proximité. Phoebe Waller-Bridge, dont on avait déjà aimé Crashing, brise sans cesse le quatrième mur et s’adresse directement à nous, spectateurs, à chaque séquence. Même durant les moments les plus gênants… Et ce n’est pas pour nous déplaire.

Son point faible : son côté trash. Fleabag peut parfois aller très loin dans le politiquement incorrect. Tout ça pour dire qu’il ne faut peut-être pas mettre la série entre toutes les mains mais que, nous, on adore son féminisme débridé, sa liberté de ton et son côté doux amer qui vous cueille à l’arrière d’un taxi.

Taux d’impatience : 80 %

Le 21/07 sur BBC Three et le 16/09 sur Amazon Video, pour l’instant inédite en France.
Voir le trailer ici.

 


popanduprentreeserieslesgrands

          Les Grands

De quoi ça parle : C’est la rentée en 3è pour Avril, Hugo, Ilyès, Boogie et MJ, la nouvelle. L’installation d’un distributeur de préservatifs dans les couloirs les pousse à partir à la recherche de l’amour, de l’amitié et d’eux-mêmes. Ce sont eux les grands, maintenant.

Ses parents : Angela, 15 ans et Hartley, coeurs à vif, les ados intenables mais au grand coeur.

Son point fort : ses influences. Les Grands s’inspirent des meilleurs pour aborder l’adolescence, ce moment de grâce où tout reste à faire. De Skins à Degrassi, en passant par Angela, 15 ans, Freaks & Geeks et Hartley, coeurs à vifs, la série d’OCS rentre dans le vif du sujet, sans détour, mais avec classe.

Son point faible : on ne peut pas dire que la fiction adolescente française ait jusqu’à présent brillé par son intelligence, phagocytée par les productions AB des années 90 (Hélène et les garçons, Premiers baisers…). Mais on y croit, Les Grands pourraient être notre Freaks & Geeks à nous.

Taux d’impatience : 79 %

Le 03/11 sur OCS City.

 


popanduprentreeserieseasy

         Easy

De quoi ça parle : C’est pas tous les jours facile, l’amour. Easy est une comédie à sketchs tournant autour de huit couples aux prises avec l’amour, la communication, la technologie et la culture contemporaine. Tout un programme.

Ses parents : Love et Casual, les parents qui ont eu bien du mal à se trouver et ont passé bien trop de temps sur Tinder.

Son point fort : Orlando Bloom, Malin Åkerman, Dave Franco, Aya Cash, Jake Johnson, Elizabeth Reaser, Gugu Mbatha-Raw, Emily Ratajkowski… Bref un casting qui se pose là.

Son point faible : Passer après You’re The Worst, Casual, Love ou encore Master of None, qui traitaient déjà peu ou proue des dédales amoureux à l’ère du tout numérique.

Taux d’impatience : 76 %

Le 22/09 sur Netflix.
Voir le trailer ici.

 


popanduprentreeseriesinsecure

         Insecure

De quoi ça parle : Être une femme noire, gaffeuse et déjantée d’aujourd’hui, c’est pas du gâteau. Mais si on peut en rire, c’est aussi bien.

Ses parents : Black-ish et Broad City, être une femme, être black, et alors ?

Son point fort : Issa Rae. La jeune femme a co-crée Insecure d’après sa propre web-série, Awkward Black Girl, et connait parfaitement le parcours du combattant d’un jeune afro-américain pour arriver sur les écrans. Avec le mouvement black lives matter, Insecure arrive au bon moment aux Etats-Unis.

Son point faible : le sujet et la série, charmante, mériterait mieux qu’une exposition câblée, bien qu’HBO soit le haut du panier.

Taux d’impatience : 75 %

Le 09/10 sur HBO, dès le lendemain sur OCS City.
Voir le trailer ici.

 


popanduprentreeseriesthisisus

        This is us

De quoi ça parle : Jack (Milo Ventimiglia) attend la naissance de ses triplés à la maternité, Kevin (Justin Hartley) quitte son job d’acteur dans une sitcom merdique, Kate (Chrissy Metz) se décide enfin à vaincre son obésité morbide et Randall (Sterling K. Brown) part à la recherche du père biologique l’ayant abandonné à sa naissance. Tout ceci le jour de leur 36 ans, date d’anniversaire qu’ils partagent sans se connaitre.

Ses parents : Parenthood et Sense 8, les destins liés aux hasards de la vie.

Son point fort : la sensibilité. La vraie, pas celle teinté de mélo où l’on appuie à grand renfort de pathos sur nos glandes lacrymales. This is us touche par la simplicité de son étude des rapports humains.

Son point faible : sans trop en révéler, il y a un twist ! La fin du pilot nous en apprend plus sur les liens entre les cinq personnages principaux et … disons que ça remet pas mal de choses en perspective. Espérons que la série saura jouer habilement de cet état de fait.

Taux d’impatience : 74 %

Le 20/09 sur NBC, pour l’instant inédite en France.
Voir le trailer ici.

 


popanduprentreeseriesbetterthings

         Better Things

De quoi ça parle : Sam, fraîchement divorcée, jongle entre son métier d’actrice et son rôle de mère célibataire de trois filles.

Ses parents : Louie et Old Christine, l’auto-fiction au service de la mère célibataire.

Son point fort : La collaboration Louis C.K – Pamela Adlon. Ces deux-là font tout à quatre mains et ont vraisemblablement de l’or dans les doigts. Ensemble, ils ont l’art et la manière d’émouvoir, tout en faisant rire et réfléchir sur les gestes les plus anodins et les habitudes les plus quotidiennes.

Son point faible : la redite. On a un petit peur d’avoir avec Better Things une simple version féminine de Louie. Les problématiques d’une actrice jonglant entre sa vie de femme active et celle de mère célibataire, ça nous rappelle vaguement un certain rouquin new-yorkais grassouillet. Beaucoup en fait.

Taux d’impatience : 72 %

Le 08/09 sur FX, pour l’instant inédite en France.
Voir le trailer ici.

 


popanduprentreeseriesthegoodplace

           The Good Place

De quoi ça parle : Eleanor se réveille un matin au Bon Endroit. Sympa. Même si ça sous-entend qu’elle est morte. Seulement il y a eu erreur sur la personne et elle devrait, en toute logique, se trouver quelques étages plus bas. La voilà obligée d’arrêter de jurer, boire et s’amuser sauvagement pour conserver sa place. Le paradis c’est l’enfer.

Ses parents : Pushing Daisies et Parks & Recreation, un univers coloré pour des personnages hauts en couleurs.

Son point fort : Mike Schur, son créateur. Il est l’un des rois de la comédie US actuelle. Après avoir fait ses armes sur le The Office américain, il a co-crée Parks & Recreation et Brooklyn 9-9, autrement dit la crème de la crème du rire outre-Atlantique.

Son point faible : on a du mal à le dire mais Kristen Bell. Pétillante et truculente, l’actrice n’a cependant pas encore acquis le rythme nécessaire au comique des sitcoms. Nul doute que cela arrive très vite.

Taux d’impatience : 68 %

Le 19/09 sur NBC, pour l’instant inédite en France.
Voir le trailer ici.

 


popanduprentreeseriesnightcap

          Nightcap

De quoi ça parle : Staci est bookeuse pour Nightcap with Jimmy, un late show qui reçoit la crème de l’entertainment. Elle doit gérer à la fois une équipe pas toujours au top du professionnalisme et des invités aux demandes parfois improbables.

Ses parents : 30 Rock et Studio 60 On The Sunset Strip, dans les coulisses des shows télé.

Son point fort : L’avalanche de guests d’ores et déjà prévue pour jouer les invités capricieux du late show fictif. Dans leurs propres rôles : Mariska Hargitay, Gwyneth Paltrow, Michael J. Fox, Sarah Jessica Parker, Paul Rudd, Whoopi Goldberg, Debra Messing…

Son point faible : la visibilité. Pour tout vous dire, on ne savait même pas que la chaîne POP existait. La série aura du mal à trouver un public qui ne sait peut-être même pas qu’elle existe.

Taux d’impatience : 66 %

Le 16/11 sur POP, pour l’instant inédite en France.

 


popanduprentreeseriesdirkgently

          Dirk Gently

De quoi ça parle : Dirk Gently est détective privé. Oui, mais détective privé holistique. C’est à dire qu’il ne croit pas aux indices mais aux liens entre toutes choses. Todd (Elijah Wood), se retrouve un peu malgré lui à suivre le privé dans des enquêtes plus farfelus les unes que les autres.

Ses parents : Bored to Death et Sherlock, les enquêteurs farfelus mais ô combien perspicaces.

Son point fort : l’univers complètement barré de Douglas Adams, l’auteur des romans dont est tirée la série, à qui l’ont doit déjà Le guide du voyageur galactique. 

Son point faible : Who the hell is Samuel Barnett ? On l’avoue on avait jamais vraiment entendu parler de celui qui incarne le rôle titre de la série de Max Landis. Mais ça c’était avant.

Taux d’impatience : 63 %

Le 22/10 sur BBC America, pour l’instant inédite en France.
Voir le trailer ici.

 


popanduprentreeseriesdivorce

          Divorce

De quoi ça parle : Influencée par deux de ses amies et par la cinquantaine sonnante et trébuchante, Frances se dit que c’est le moment ou jamais pour changer de vie et décide de divorcer. De discussions en remises en question, elle se rend compte que tout ne sera peut-être pas aussi simple que prévu.

Ses parents : Catastrophe et Once & Again. Le couple de sa création à sa deuxième chance.

Son point fort : Sharon Horgan, la créatrice et scénariste à qui l’on doit déjà la géniale et politiquement incorrect Catastrophe. Catastrophe qui pourrait d’ailleurs presque servir de prequel à Divorce, puisqu’elle racontait la naissance fortuite d’un couple et d’une famille.

Son point faibleest-ce que Sarah Jessica Parker arrivera à se glisser dans d’autres Manolo Blahnick que celles de Carrie Bradshaw ? L’actrice aura deux fois plus de boulot pour faire oublier ce rôle devenu iconique.

Taux d’impatience : 60 %

Le 09/10 sur HBO, dès le lendemain sur OCS City.
Voir le trailer ici.

 


popanduprentreeseriesnotomorrow

          No Tomorrow

De quoi ça parle : La vie d’Evie est déjà toute tracée. Le CDI et le mariage en ligne de mire, elle laisse pourtant tout tomber pour suivre un séduisant britannique dans l’accomplissement de son « apocaliste ». Persuadé que la fin du monde est proche, il la pousse à vivre chaque jour comme si c’était le dernier et à accomplir chacun de ses rêves les plus fous.

Ses parents : The Last Man On Earth et Crazy Ex-Girlfriend, attachantes quand la fin du monde (ou le début d’une nouvelle vie), vous pousse à commencer à cocher votre bucket list.

Son point fort : La CW touch. On le dit sans honte, depuis quelques années on se surprend à suivre avec plaisir des comédies bien dans leur époque et leurs baskets en provenance de la petite chaîne. Jane The Virgin ou Crazy Ex-Girlfriend sont passées par là, et No Tomorrow semble partager avec elles charme et simplicité.

Son point faibleSi chaque épisode correspond à un item de l’apocaliste, on risque de vite s’ennuyer. Et ce, même si l’on pourrait écouter Joshua Sasse parler toute la vie.

Taux d’impatience : 58 %

Le 04/10 sur CW, pour l’instant inédite en France.
Voir le trailer ici.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Marine Bienvenot:

Se dit souvent que la vie c'est comme une boîte de chocolat. A comme tonton Bill Murray, comme BFF Rachel McAdams et Seth Cohen, comme grands frères les Black Keys, comme sista Angela Chase, comme cousin chelou Thom Yorke, comme mamie gâteau Maggie Smith, comme famille les Braverman, comme prof de guitare Nick Drake, comme grand-père castor raconte nouuus une histoire Steven Spielberg... Oui dans mes rêves, oui. Clear eyes, full hearts, can't lose ! Comme le dit si bien le Coach Taylor.

Laissez un commentaire