5 nouveautés qui font rimer été avec télé

Classé dans : Séries, Top 5 Records | 1
C’est pas parce que c’est l’été qu’il n’y a plus rien à la télé. Bien au contraire. Depuis quelques années, la saison estivale est devenue l’anti-chambre des productions ambitieuses devant faire leurs preuves (Orange is the new black), des guilty pleasures qui font monter la température (Unreal cette année), des teen shows pour occuper une jeunesse alanguie par la chaleur (Awkward), ou bien des morceaux de bravoure pour garder le cerveau en ébullition (True Detective). Un coup de coeur estival peut-il durer plus d’une saison ? Ça pourrait être le cas pour ces cinq là.

1. Mr Robot

Mr. Robot

Diffusé sur USA Network. Série inédite en France

 

De quoi ça parle : D’un hacker asocial, paranoïaque et surdoué qui traque les cybercriminels la nuit mais est sensé protéger d’attaques informatiques une puissante multinationale, qu’il surnomme Evil Corp et dont il abhorre les méthodes, le jour. Contacté par un réseau de hackers anarchistes afin de détruire Evil Corp de l’intérieur, Elliot se lance dans l’aventure en essayant de gérer ses propres démons. Mr. Robot est un petit bijou de mise en scène, de narration et d’ambiance. Portée par un personnage ambigu et intriguant, incarné par la révélation Rami Malek, la série utilise la froideur de New York et le mystère du monde informatique pour faire de ce personnage perdu et perturbant le seul rempart à la folie capitaliste. Mais n’est-il pas le plus fou de tous ?

Ses parents : Halt & Catch Fire et Millenium, geeks et socialement inadaptés.

Relationship status : Coup de foudre. Il vous en fera voir de toutes les couleurs mais vous le suivrez au bout du monde.

2.Sense8

Sense8

Diffusé sur Netflix depuis le 5 juin 2015

 

De quoi ça parle : On ne les refera pas, après Matrix, Cloud Atlas ou le récent et poussif Jupiter : Le destin de l’univers, les Wachowski abordent encore et toujours les thèmes du tout connecté, de l’identité et de la métaphysique. Après le suicide d’une mystérieuse femme, huit individus se retrouvent capables d’interagir émotionnellement, physiquement et intellectuellement les uns avec les autres, alors même qu’ils se trouvent aux quatre coins du monde. Une organisation secrète se met alors à leur recherche. Science-fiction, desseins cryptiques et narration labyrinthique, il n’y a pas de doute, nous sommes bien chez les Wachowski. Mais le format rallongé de la série leur permet de mieux asseoir leur univers et d’avoir le temps de raconter, et surtout de construire, leur histoire. Sense8 s’avère déjà fascinante. Espérons maintenant que le concept tienne sur la longueur.

Ses parents : Heroes et Orphan Black, les clones connectés.

Relationship status : C’est compliqué, voire très compliqué, mais tellement intriguant que vous y reviendrez.

3. Sex&drugs&rock&roll

Sex&Drugs&Rock&Roll

Diffusé sur FX. Série inédite en France

 

De quoi ça parle : The Heathens, groupe en passe de devenir majeur à la fin des années 80, se sépare à la veille de la sortie de leur premier album à cause des excès en tous genres de son leader, Johnny Rock. Passé à un cheveu de la gloire, celui-ci vivote de kermesses en concours de sosies. Jusqu’à ce qu’une jeune femme se déclarant être sa fille lui propose de l’argent à condition qu’il reforme le groupe et lui écrive des chansons pouvant faire d’elle une star. De et avec Denis Leary (Rescue Me), Sex&Drugs&Rock&Roll utilise son format resserré de 20 minutes pour faire de chaque dialogue un jeu de ping pong aux répliques dévastatrices. Drôle et trash, la série oscille entre pure comédie et une certaine nostalgie. Rock’n’roll will never die.

Ses parentsYou’re The Worst et How to make it in America, les wannabes trash mais attachants.

Relationship status : Le coup d’un soir, spontané et revigorant, mais éphémère.

4.Wet hot american summer

Wet Hot American Summer : First Day of Camp

Diffusé sur Netflix dès le 31 juillet 2015

 

De quoi ça parle : L’ovni de la saison. Cette mini-série de huit épisodes est le prequel d’une obscure comédie américaine sortie il y a dix ans, narrant les aventures rocambolesques d’une bande de moniteurs de colo. Grâce aux mauvaises critiques et un bouche à oreille persistant, le film est devenu, au fil des années, un objet à la fois de culte et de moqueries. En 2015, bon nombre des acteurs ayant joué dans le film, comme Amy Poehler, Paul Rudd, Kristen Wiig, Bradley Cooper ou Elizabeth Banks, ont réussi à Hollywood, mais ils décident pourtant de ressusciter le camp de vacances. Si l’on hésite entre la comédie kitsch à prendre au centième degré et le gros n’importe quoi pas du tout maîtrisé, Wet Hot American Summer : First Day of Camp reste une chouette récréation estivale où il est sympa de voir certaines stars se lâcher.

Ses parents : Parks & Recreation et Friends, complètement barrés mais avec des amis connus.

Relationship status : Coincés dans la friendzone, entre gêne et fou rire.

5. The astronaut wives club

The Astronaut Wives Club

Diffusé sur ABC. Série inédite en France

 

De quoi ça parleLa conquête spatiale vue par les femmes des sept astronautes pressentis pour devenir le premier homme sur la Lune. Pourtant portée par un casting solide, cela faisait plus d’un an que la série dormait dans les tiroirs d’ABC quand elle est enfin lancée au mois de juin dernier. Ce qui n’envoyait pas un très bon signal. Loin d’être révolutionnaire, The Astronaut Wives Club s’avère être pourtant un bon divertissement d’été, à la fois fresque historique et drama féminin. Car c’est plutôt de cela qu’il s’agit : du combat de ces femmes encore corsetées par les années 60, pour acquérir un statut autre que celui de « femmes de ». Sept femmes ensemble, ça se tire dans les pattes autant que ça se serre les coudes et ça, c’est bon pour l’audience.

Ses parents : Desperate Housewives et Pan Am, fans du bitchy à la sauce rétro.

Relationship status : Le mariage arrangé voulu par les parents. Confortable mais pas très excitant.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Marine Bienvenot:

Se dit souvent que la vie c'est comme une boîte de chocolat. A comme tonton Bill Murray, comme BFF Rachel McAdams et Seth Cohen, comme grands frères les Black Keys, comme sista Angela Chase, comme cousin chelou Thom Yorke, comme mamie gâteau Maggie Smith, comme famille les Braverman, comme prof de guitare Nick Drake, comme grand-père castor raconte nouuus une histoire Steven Spielberg... Oui dans mes rêves, oui. Clear eyes, full hearts, can't lose ! Comme le dit si bien le Coach Taylor.

One Response

  1. […] Relire notre dossier sur les séries de l’été ici. […]

Laissez un commentaire