Cinq séries british à ne pas louper

Classé dans : Home, Séries, Top 5 Records | 0
Avec la fin d’Happy Valley, The Fall et Broadchurch, il fallait bien trouver de nouvelles séries britanniques à se mettre sous la dent. Alors on s’est penché sur cette dernière saison télé outre-Manche et on en a tiré cinq séries à ne pas louper. En espérant les retrouver bientôt sur nos écrans.

Fearless

Créée par Patrick Harbinson. Avec Helen McCrory, Wunmi Mosaku, Alec Newman.

 

Ça parle de quoi ? : L’avocate Emma Banville, spécialisée dans la défense des cas les plus compliqués, essaie de faire libérer un homme qu’on accuse depuis 14 ans du meurtre d’une jeune fille de 15 ans. Mais derrière l’apparente simplicité de l’affaire se cachent des secrets que les autorités britanniques et étrangères ne veulent pas voir révéler.

On en pense quoi ? : Encore un thriller féminin de plus, nous direz-vous. Sauf que cette fois-ci, notre héroïne n’est pas policière, mais avocate, et elle entend bien se battre contre l’inertie des pouvoirs locaux et étrangers, bien décidés à l’empêcher de découvrir la vérité. Redoutable par sa mise en scène fiévreuse, et étourdissante par sa façon de transformer un simple fait-divers en complot géopolitique, Fearless multiplie intelligemment les pistes narratives pour nous tenir en haleine jusqu’au dernier instant. On pense à Homeland, et non sans raison puisque le scénariste principal de Fearless, Patrick Harbinson, est producteur exécutif de la série américaine. Tandis qu’Helen McCrory, absolument parfaite dans le rôle complexe et ambivalent de cette avocate, n’est autre que la femme à la ville de Damian Lewis, l’ex-Sergent Brody.

Diffusée en juin 2017 sur ITV, pour l’instant inédite en France.
Voir le trailer ici.

Apple Tree Yard

Créée par Louise Doughty. Avec Emily Watson, Ben Chaplin, Mark Bonnar.

 

Ça parle de quoi ? : Scientifique reconnue et mère de famille, Yvonne Carmichael voit sa vie complètement bousculée lorsqu’elle s’engage dans une relation passionnelle avec un homme dont elle ignore tout.

On en pense quoi ?Si on ne la voit plus vraiment au cinéma depuis un bon moment, Emily Watson a su trouver depuis quelques années des rôles à la mesure de son talent à la télévision britannique (Appropriate Adult, Le mari de la ministre). Au centre de cette mini-série en trois épisodes, elle resplendit tant dans l’épanouissement que dans la souffrance. Adapté d’un best-seller de Louise Doughty, Apple Tree Yard emporte tout sur son passage lorsque les rêves d’émancipation de cette quinqua qui reprend goût au plaisir se voient soudainement brisés de la plus atroce des façons. La série se fait alors particulièrement poignante en traitant la question complexe du viol et de ses conséquences au regard de la société. Lorsque rejaillissent sur les victimes des soupçons abjects du type « Ne l’auraient-elles pas un peu cherché ? ».

Diffusée en janvier 2017 sur BBC One, bientôt sur Arte en France.
Voir le trailer ici.

Clique

Créée par Jess Brittain. Avec Synnove Karlsen, Rachel Hurd-Wood, Sophia Brown.

 

Ça parle de quoi ? : Georgia et Holly sont deux meilleures amies qui commencent leur première année à l’université. Alors que toutes deux sont invitées à rejoindre le cercle élitiste des étudiantes en dernière année, leur amitié va être mise à rude épreuve. Et derrière les apparences semblent se cacher bien des secrets.

On en pense quoi ? : Aux manettes de cette série à l’ambiance glaçante malgré le glamour apparent, on retrouve Jess Brittain, la co-scénariste de Skins. S’il y est aussi question de ce moment trouble qu’est l’adolescence, Clique se rapproche plus du thriller psychologique. Derrière les soirées, l’alcool, la drogue, ce sont les angoisses existentielles d’une jeunesse vidée de son insouciance qui transparaissent. Véritable révélation, Synnøve Karlsen est particulièrement troublante en ado prête à se perdre pour tenter de sauver sa meilleure amie (Aisling Franciosi, vue dans The Fall), victime de son ambition et des hommes qui la manipule pour satisfaire leurs désirs.

Diffusée en mars 2017 sur BBC Three, présentée au Festival SériesMania mais toujours inédite en France.
Voir le trailer ici.

Born to Kill

Créée par Kate Ashfield et Tracey Malone. Avec Jack Rowan, Romola Garai, Daniel Mays.

 

Ça parle de quoi ? : Sam vit seul avec sa mère. Particulièrement solitaire, il passe son temps entre le lycée et l’hôpital où travaille cette dernière, infirmière. Mais tout bascule lorsque ses pulsions prennent le dessus…

On en pense quoi ? : Troublant portrait d’un adolescent (Jack Rowan, fascinant) au charme apparent mais qui cache un manque d’empathie inquiétant et des pulsions plus que violentes, Born to Kill nous plonge au cœur de questionnements terrifiants sur les origines du mal : hérite-t-on de pulsions meurtrières ? La violence est-elle innée ? Prend-elle sa source dans l’environnement dans lequel on grandit ? Les pulsions de Sam prennent sans doute leur source dans l’absence d’un père et un traumatisme lointain jamais résolu. L’interprétation de Romola Garai, qui interprète la mère de Sam, est saisissante quand, aussi désemparée qu’effrayée, elle se rend compte que son fils est en train de devenir petit à petit comme son père, ce contre quoi elle s’est toujours battue.

Diffusée en avril 2017 sur Channel 4, présentée au Festival SériesMania mais toujours inédite en France.
Voir le trailer ici.

The Moorside

Créée par Paul Whittington. Avec Sheridan Smith, Sian Brooke, Faye McKeever.

 

Ça parle de quoi ? : La petite Shannon Matthews, 9 ans, a disparu. Toute la communauté de sa petite ville du Yorkshire se mobilise pour tenter de la retrouver.

Ce qu’on en pense ?Inspirée d’une histoire vraie, The Moorside lorgne clairement du côté du drame réaliste comme les Anglais savent si bien le faire. Loin de tout voyeurisme et sans tomber dans les préjugés sur les assistés sociaux, le scénariste Neil McKay et le producteur Jeff Pope (déjà tous deux à l’œuvre derrière Appropriate Adult) ont pris le parti de raconter cette histoire par le prisme du personnage de Julie (Sheridan Smith), la meilleure amie de la mère de Shannon qui prend très rapidement la tête des opérations de recherches de la petite fille. Personnage bouleversant à l’optimisme sans faille, elle pourrait être une parfaite héroïne d’un film de Ken Loach. Autour d’elle, un trio d’actrices formidables : Gemma Whelan (la Yara Greyjoy de Game of Thrones) absolument méconnaissable en mère de famille désœuvrée, Siobhan Finneran en commissaire de police dépassée par la tournure des événements, et Sian Brooke, la voisine qui commence rapidement à avoir des doutes.

Diffusée en février 2017 sur BBC One, pour l’instant inédite en France.
Voir le trailer ici.

Flowers

Créée par Will Sharpe. Avec Olivia Colman, Julian Barratt, Will Sharpe.

 

Ça parle de quoi ? : Dans la famille Flowers, je demande le père, Maurice, auteur de livres pour enfants un peu perdu ; la mère, Deborah, professeur de musique qui tente tant bien que mal de solidifier sa famille ; le fils et la fille, Donald et Amy, deux jeunes adultes encore coincés dans l’enfance, amoureux tous les deux de la même fille.

On en pense quoi ? : Cette comédie familiale complètement barrée a de quoi dérouter de prime abord. Il faut absolument s’accrocher pour goûter au charme loufoque de ses personnages. Parmi eux, on se réjouit de retrouver la toujours parfaite Olivia Colman, dont on avait déjà loué le talent comique dans Fleabag. Si l’humour particulièrement britannique de Flowers se veut terriblement grinçant, parfois macabre et souvent cacophonique, c’est pour mieux dévoiler, épisode après épisode, les blessures de chacun et laisser l’émotion nous prendre à la gorge. Derrière les manettes, on trouve un jeune auteur plein d’audace, Will Sharpe. Il s’est également offert un second rôle absolument irrésistible en assistant-illustrateur et homme à tout faire à peine débarqué de son Japon natal, dont la vitalité et l’optimisme à toute épreuve contrastent avec la morosité hystérique ambiante.

Diffusée en juillet 2017 sur Canal +.
Voir le trailer ici.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Thomas Lapointe:

Bandit des grands chemins, monteur de meubles IKEA à ses heures perdues, ayant un penchant pour les dames d’un certain âge (Meryl, Susan, Maggie, Julianne, je vous aime). Le ciné, la photo et l’art, voilà les trois choses qui font tourner mon monde, sans lesquelles j’aurais quelques difficultés à me lever le matin. « Les meilleurs films sont comme des rêves qu’on n’est pas sûr d’avoir faits ». À bon entendeur.

Articles récents de

Laissez un commentaire