Cry me a Lost River

Classé dans : Cinéma, Le 140 | 0

140 lost river

Si vous avez manqué le début : Dans une partie oubliée, voire carrément pas fraiche, des Etats-Unis, Bones, un grand ado solitaire, fait l’étrange découverte d’une cité engloutie. Pendant ce temps-là, sa mère fricote dans les clubs pas très catholiques de la ville…

Que d’agitation cette semaine autour de la sortie de Lost River ! Voici donc le premier film de Ryan Gosling en tant que réalisateur. Il faut admettre que Ryan présente bien. Normal qu’il soit partout. Mais s’intéresserait-on avec la même vigueur à cette première œuvre si elle avait été signée de la main d’un autre ? C’est pas gagné…

Un film sous influences

Car Ryan Gosling nage en eaux très troubles. Le conte macabre auquel il aspire tant est écrasé par sa fascination pour David Lynch, Nicolas Winding Refn, Mario Bava et Terrence Malick. Que Lost River baigne dans le jus de ces respectables influences n’aurait pas tellement été un problème, si tant est qu’on y ait trouvé une réflexion quelconque. Mais point de sens ici où le freak fait fripe, et l’érotique fait toc. Rien n’est digéré, rien n’est approfondi. Un vague zéphyr sur la dégénérescence de la société américaine, peut-être ? Sur l’Entertainment-poubelle ? Et encore. A peine une idée pétée au vent d’un scénario inodore.

Beau… mais vide

Reste l’exploitation maligne de son décor d’apocalypse, tourné dans les entrailles d’un Détroit éventré et sublimé par la photographie de Benoît Debie (le directeur de la photo de Gaspar Noé, notamment). De belles images qui défilent sans âme, sans but… et d’ores et déjà promises au néant.

Top Twe3ts

 

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Christophe Chadefaud:

Collectionneur d’images qui aime l’amour et les zombies. GPS vivant. Regarde généralement où il met les pieds, même s'il a souvent la tête dans les nuages. Cinélover adorateur de merveilleux. Aime aussi ranger sa chambre, les feux d’artifice, Woodstock et grimper le Machu Picchu. Et pas nécessairement dans cet ordre.

Laissez un commentaire