Et si Amazon révolutionnait le monde des séries ?

Classé dans : Et si ?, Home, Séries | 2
transparent carrousel
Oui, vous avez bien lu : Amazon. Du géant du e-commerce, on attendait surtout de pouvoir revendre à moindre coût notre édition collector de Beethoven sauve Noël. On avait moins vu venir le fait qu’il était tranquillement en train de révolutionner la manière dont on produit et consomme les séries.

Voici les Cinq Commandements qu’a suivi Amazon pour révolutionner la production télévisuelle.

 

1. Tu lanceras un appel à projets ouvert à tous.

En 2010, Amazon, plateforme dédiée au e-commerce, crée Amazon Studios, entité destinée à produire des contenus audiovisuels disponibles uniquement à la demande. En concurrence avec d’autres services comme Netflix et Hulu, elle se démarque en lançant un gigantesque appel à projets ouvert à tous. Plus de 2700 essais sont reçus.

2. Tu laisseras le spectateur choisir les pilotes.

Une fois un petit dégraissage effectué, Amazon met en ligne une dizaine de pilotes en appellant les spectateurs à voter pour leurs préférés. La prise de décision dépend ainsi en partie d’eux. Il y a déjà eu quatre phases de vote et dix-sept pilotes commandés en séries. Comme Transparent, Mozart in the Jungle ou Alpha House, certaines font déjà parler d’elles.

3. Tu t’adapteras aux habitudes de consommation des sériephiles.

Devenu un véritable acteur culturel, Amazon a cerné les habitudes de consommation de la génération Y en produits audiovisuels. Ils ne regardent la télé plus seulement via le tube cathodique, mais sur tous types d’écrans, allant du smartphone à la tablette.

En mettant en ligne l’intégralité des épisodes d’une saison, Amazon valide une habitude bien connue des sériephages, celle du binge watching. Netflix, de son côté, fait plaisir aux nostalgiques en ressuscitant des séries annulées, parfois même depuis des années comme Arrested Development et prochainement La Fête à la Maison. En effaçant les frontières entre télé et internet, Amazon entre de plein pied dans une nouvelle dynamique de création et de distribution, celle de la production 100% SVOD. Cela donne même des idées aux sites d’hébergement de vidéos en ligne tels que YouTube ou Vimeo, qui se lancent eux aussi dans la production de web-séries originales. Un nouveau chaînon à ajouter au futur de la production télé ?

4. Tu valoriseras la qualité plutôt que la quantité.

L’avantage premier de ces services de streaming en ligne est l’absence de contraintes liées à l’audimat ou à des contrats publicitaires trop envahissants. De plus, la vidéo à la demande permet au consommateur de n’acheter que ce qu’il veut vraiment voir. C’est le moyen ultime de calculer la réelle popularité d’un programme. Cette absence de censure et une totale liberté de création atirent des artistes dont le talent n’est plus à démontrer sur des projets télés, alors même qu’ils sont catagogués « cinéma ». David Fincher a choisi Netflix pour son House Of Cards, Amazon a réussi à convaincre Woody Allen d’écrire et de réaliser une série dont on ne sait pour le moment rien, et Jean-Pierre Jeunet de participer à une relecture de Casanova avec Diego Luna dans le rôle titre.

5. Tu iras plus loin que tes pairs.

Trois ans seulement après la mise en chantier d’Amazon Studios, sa série étendard, Transparent, remporte deux des Golden Globes les plus prestigieux de la cérémonie, ceux de Meilleure série comique et de Meilleur acteur pour son interprète, Jeffrey Tambor. Pour une première saison d’une série dévoilée uniquement sur une plateforme de SVOD, c’est une première seulement égalée par le House Of Cards de Netflix.

De quoi donner des ailes à Amazon qui décide alors de se lancer dans la production de long-métrages à hauteur de douze films par an. Ceux-ci seront disponibles en VOD 4 à 8 semaines après leur sortie en salles, alors que l’on attend aujourd’hui 10 a 12 semaines. Révolutionner également la production cinématographique ? Cela semble être un challenge à la hauteur d’Amazon. Et puis, qui sait, l’édition et le secteur musical auraient aussi bien besoin d’une révolution, non ?

Pour aller encore plus loin, voici les cinq projets séries d’Amazon les plus réussis ou prometteurs.

 

1. Transparent, la série qui fait genre

transparent_101_00627-1-

Un père décide de devenir femme et l’annonce à ses enfants qui, eux, se mettent à questionner leur propre identité. Préférant la justesse au cliché, le questionnement aux réponses toutes prêtes, Transparent (trailer) mêle habilement douceur, humour et compréhension dans une ambiance proche des films de Noah Baumbach (Les Berkman se séparent, Frances Ha). Pensée par Jill Soloway, qui a fait ses armes sur Six Feet Under, la série ne surfe pas sur le questionnement du genre, mais livre une partition sincère, entre drame et comédie, sur la famille.

 

2. Mozart in the jungle, sexe, drogue et musique classique

mozart in the jungle

Produite par Jason Schwartzmann et Roman Coppola, les acolytes de Wes Anderson, Mozart in the jungle (trailer) n’a pas le côté naïf des films de ce dernier. Sorte de Whiplash dans le monde de la musique classique, on y suit le duel entre un chef d’orchestre vieillissant mais pétri d’égo (Malcolm McDowell), et un jeune chien fou qui insuffle un sérieux coup de fouet au New York Philarmonic (Gael Garcia Bernal). Le tout observé par une jeune hautboïste, fraîchement débarquée dans le milieu. C’est du classique, mais c’est furieusement rock’n’roll.

 

3. C’est bien, c’est beau, c’est Bosch

bosch

Le coup du flic borderline, on nous l’a déjà fait, et plus que bien, avec Luther par exemple. Le petit plus de Bosch (trailer) s’appelle Eric Overmyer. Scénariste et producteur sur les chefs-d’oeuvre The Wire et Treme, il apporte cette ambiance unique et extrêmement fouillée du monde de la police. Adapté de romans de Michael Connelly, le Bosch du titre est un flic dans la tourmente. Accusé d’avoir tué de sang-froid un suspect, il se défend (mollement) devant une cour de justice, tout en continuant d’enquêter sur une nouvelle affaire après que des ossements non-identifiés aient été découverts.

 

4. The Man in the High Castle, Führer de vivre

the man in the high castle

Pilote le plus visionné depuis le lancement d’Amazon Studios en 2010, cette adaptation de Philip K. Dick, le maître de la science-fiction, vient tout juste d’entrer en tournage de sa première saison. The Man in The High Castle est une uchronie où la 2nde Guerre Mondiale a été remportée par les nazis. Pilotée par Ridley Scott, la série est l’un des événements de la saison à venir. Ample et visionnaire, le scénario joue avec notre imaginaire collectif et s’avère glaçant car vraisemblable.

 

5. Red Oaks, acceptable in the 80’s

--Red Oaks

Red Oaks (trailer) est la petite dernière de la troupe. Prévue pour l’automne prochain, on y suit David (Craig Roberts, découvert dans Submarine) qui s’est dégoté un job de prof de tennis dans un Country Club pour l’été. Il n’est clairement pas l’un de ces ados populaires qui fréquentent le Club, mais compte bien profiter de la saison pour le devenir. Ah, et comme ça se passe dans les 80’s et que c’est réalisé par David Gordon Green, on a ce petit côté suranné qui ne fait qu’ajouter du charme à cette production signée Steven Soderbergh.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Marine Bienvenot:

Se dit souvent que la vie c'est comme une boîte de chocolat. A comme tonton Bill Murray, comme BFF Rachel McAdams et Seth Cohen, comme grands frères les Black Keys, comme sista Angela Chase, comme cousin chelou Thom Yorke, comme mamie gâteau Maggie Smith, comme famille les Braverman, comme prof de guitare Nick Drake, comme grand-père castor raconte nouuus une histoire Steven Spielberg... Oui dans mes rêves, oui. Clear eyes, full hearts, can't lose ! Comme le dit si bien le Coach Taylor.

2 Responses

  1. […] vous aviez loupé la première diffusion de Mozart in the jungle, OCS joue les prolongations. Jetez-vous sur ce Whiplash dans le monde de la musique classique où […]

  2. […] Relire notre enquête sur la révolution Amazon ici. […]

Laissez un commentaire