Et si les Emmy Awards (et les cérémonies en général) avaient toujours tort ?

Classé dans : Et si ?, Séries | 0

HeaderEmmys

 

Comme au bon vieux temps, on a mis le réveil à 2 heures du matin, gardé le bonnet de nuit, chaussé les lunettes et regardé, en live, les Emmy Awards. Grande messe de pré-rentrée des récompenses télévisuelles, animée par un Andy Samberg en grande forme, elle a fait la part belle aux séries de HBO. Mais en est-on vraiment contents ?

Rien n’y fait, Oscars, César, Golden Globes ou Emmys, peu importe les gagnants, notre objectivité se fait parfois la malle. Obnubilés par nos chouchous, nos coups de cœur et, malgré tout, dans un coin de notre tête, la certitude que l’on n’a pas pu tout voir, on sort de nos gonds et hurlons que « nooon, c’est pas possible, ils l’ont quand même pas donné à Machine alors qu’il y avait Truc ? Ils ont pas osé ? » Si, c’est même à ça qu’on les reconnaît.

L’offre et la diversité en termes de séries sont aujourd’hui telles qu’il est dommage de voir, comme c’est arrivé hier soir, des plébiscites absolus. Des séries régnant sans partage sur les catégories reines. Surtout si, comme Game Of Thrones, vous remportez le Emmy de la meilleure série dramatique l’année de votre plus mauvaise saison. Surtout si, comme Olive Kitteridge, vous remportez quatre des cinq Emmy Awards de votre catégorie mini-série, alors que vos concurrents sont tout aussi méritants. Surtout si, comme Veep, vous empêchez Parks & Recreation et Amy Poehler de remporter une récompense qu’ils n’auront donc jamais.

14 Emmy Awards, c’est l’incroyable fournée de HBO, cette année. Sans compter qu’elle remporte à la fois la meilleure comédie et le meilleur drame avec Game Of Thrones et Veep. La dernière fois que c’était arrivé, c’était en 2002 avec les séries de NBC, Friends et A La Maison Blanche. Alors, oui, peut-être que les Emmy Awards ont eu (presque) tout faux, juste car nous aurions aimé que d’autres gagnent. Mais en toute objectivité, il ont probablement eu tout bon pour un autre de ces sériephiles en bonnet de nuit, prêt à se relever à 2 heures du matin pour savoir si sa série préférée raflera un Emmy.

Pour le reste, j’ai totalement compris la chanson « Too much TV » qui a ouvert le show d’Andy Samberg, j’aurais voulu m’appeler Amy pour partager la scène avec le talent de Schumer et Poehler (il aurait aussi fallu que mon nom de famille se termine en -er…), j’ai eu une petite envie de meurtre passagère quand Julia Louis-Dreyfus a « volé » le Emmy d’Amy (Poehler), j’ai trembloté du menton quand Jeffrey Tambor à dédié son prix du meilleur acteur dans une comédie pour Transparent à la communauté transgenre. J’ai attendu patiemment que tous les acteurs d’Olive Kitteridge (moins Zoe Kazan, la pauvre) soient récompensés.

J’ai apprécié l’émotion communicative d’Uzo Aduba, Crazy Eyes pour la deuxième fois meilleure actrice dans un second rôle, j’ai tout de même levé les bras en l’air quand Veep a mis fin à l’hégémonie de Modern Family sur le Emmy de la meilleure comédie, j’ai presque regretté que Jon Hamm remporte ENFIN le Emmy du meilleur acteur dans un drame pour Mad Men, le running gag du loser magnifique aurait marqué l’histoire.  

J’ai applaudi le discours entier et plein de bon sens de Violas Davis, première actrice noire à remporter le Emmy Award de la meilleure actrice dans un drame pour How To Get Away With Murder. 

J’ai pas forcément compris qu’Orange Is The New Black soient un drame et Transparent une comédie, mais c’est pas grave, après tout, c’est aussi ça les Emmys.

Top Twe3ts (on a bien ri)

 

 

 

 

 

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Marine Bienvenot:

Se dit souvent que la vie c'est comme une boîte de chocolat. A comme tonton Bill Murray, comme BFF Rachel McAdams et Seth Cohen, comme grands frères les Black Keys, comme sista Angela Chase, comme cousin chelou Thom Yorke, comme mamie gâteau Maggie Smith, comme famille les Braverman, comme prof de guitare Nick Drake, comme grand-père castor raconte nouuus une histoire Steven Spielberg... Oui dans mes rêves, oui. Clear eyes, full hearts, can't lose ! Comme le dit si bien le Coach Taylor.

Laissez un commentaire