Femmes: et si elles arrêtaient d’être les éternels seconds rôles d’hollywood ?

Classé dans : Cinéma, Et si ? | 1

Patricia Arquette Oscars 2015

© John Shearer
Attention, certains chiffres peuvent vous donner envie de tout péter.

« A toutes les femmes qui ont enfanté, à toutes les contribuables, à toutes les citoyennes de cette nation, nous nous sommes battues pour l’égalité des droits de tous les autres. Il est temps pour nous d’obtenir, une fois pour toute, l’égalité de salaire, et l’égalité des droits pour les femmes des Etats-Unis d’Amérique. » Son Oscar de meilleur second rôle féminin pour Boyhood en main, une Patricia Arquette gonflée à bloc donnait l’un des speeches les plus retentissants de la soirée.

Et Patricia a raison de l’avoir mauvaise. Car en plus de pratiquer des différences de salaires scandaleuses entre homme et femme, Hollywood ne tient visiblement pas à montrer l’exemple en mettant les femmes plus en avant, comme le démontre une étude récente menée par le Center for the Study of Women in Television and Films de l’université de San Diego. Nom de code : « It’s a man’s (celluloid) world ».

Sur les 100 films leaders du box-office américain en 2014, le rapport note ceci :

Les femmes sont quantité négligeable

Seuls 12% de ces 100 films comportent de véritables premiers rôles féminins. C’est le bilan le plus bas (et le plus tragique) depuis 12 ans. 75% des protagonistes des films américains sont des hommes et 13% des groupes mixtes.

Les femmes doivent rester jeunes

23% sont des jeunettes de 20 ans quand 30% ont la trentaine. Chez ces messieurs en revanche, on s’épanoui sans soucis et dans des proportions quasi égales à partir de 30 ans. Les 30-49 ans représentant 54% des rôles masculins. Passé la cinquantaine, les personnages masculins sont deux fois plus nombreux que leurs comparses féminines avec 18% contre 9%.

Les femmes sont principalement blanches

Seules 11% des rôles étaient tenues par des femmes noires, 4% par des latinos et 4% par des asiatiques.

Les femmes sont définies par leurs rôles domestiques

Quand les rôles masculins se définissent le plus souvent par leur statut professionnel (médecin, businessman ou autre), ces dames, elles, continuent d’être définies par leur place au sein du foyer d’épouse, de mère ou de petite copine.

Celluloid Ceiling, une seconde étude, menée par le même Center for the Study of Women in Television and Film, montre à son tour que sur les 250 plus gros cartons américains, seuls 17% d’entre eux sont faits par des réalisatrices, scénaristes en jupons, productrices, productrices exécutives, monteuses ou directrice de la photographie.

Doit-on préciser que 17% est la part exacte que les femmes avaient lors de la toute première étude menée… en 1998. Dis donc Hollywood, tu ne voudrais pas élever un peu le débat, je te prie ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Christophe Chadefaud:

Collectionneur d’images qui aime l’amour et les zombies. GPS vivant. Regarde généralement où il met les pieds, même s'il a souvent la tête dans les nuages. Cinélover adorateur de merveilleux. Aime aussi ranger sa chambre, les feux d’artifice, Woodstock et grimper le Machu Picchu. Et pas nécessairement dans cet ordre.

Articles récents de

One Response

  1. […] applaudi le discours revendicatif de Patricia Arquette, Oscar du meilleur second rôle féminin, sur l’égalité hommes/femmes dans le milieu du […]

Laissez un commentaire