Fleabag : derrière le rire, les larmes

Classé dans : Home, Le 140, Séries | 0


Si vous avez manqué le début : Les déboires familiaux, sentimentaux et sexuels de « Fleabag », une jeune trentenaire londonienne un peu perdue dans la vie.


Diffusée pendant l’été 2016 sur BBC Three (la chaîne disponible uniquement en ligne de la BBC) puis sur le service de streaming en ligne Amazon Prime, Fleabag est une comédie douce-amère déglinguée signée Phoebe Waller-Bridge. La comédienne/auteure/productrice, repérée en avocate assistante de Marianne Jean-Baptiste dans la saison 2 de Broadchurch, était déjà à l’origine de Crashing, autre comédie anglaise où une bande de doux-dingues tentaient de cohabiter dans un hôpital désaffecté. Elle adapte cette fois-ci la pièce qu’elle avait écrite et mise en scène trois ans auparavant au festival de théâtre d’Edimbourg.

Poil à gratter

Fleabag (littéralement « sac à puces »), c’est le surnom dont on affuble le personnage qu’incarne Phoebe Waller-Bridge : une jeune trentenaire londonienne au physique dégingandé, un peu perdue dans la vie, qui ne sait pas vraiment ce qu’elle veut tout en sachant qu’elle veut quelque chose… S’il fallait la résumer en quelques mots, autant employer ceux qu’elle-même utilise à son sujet : « J’ai l’horrible sentiment d’être une femme cupide, tordue, égoïste, indifférente, cynique, perverse et dépourvue de toute morale, qui ne peut même pas se qualifier de féministe ». Ce à quoi son père lui rétorque : « Tu as tout pris de ta mère ».

Une réplique pleine de drôlerie et de cynisme à la fois, à l’image des six épisodes de cette première saison délurée. Car épisode après épisode, Phoebe Waller-Bridge fait preuve d’un véritable talent d’écriture en s’inspirant de son propre parcours et en se mettant elle-même en scène.
Niveau boulot, elle gère un petit café dans lequel les rares clients viennent plutôt consommer de l’électricité que du café. Niveau amour, son petit ami la quitte lorsqu’il la découvre en train de se masturber devant un discours d’Obama juste à côté de lui, dans le lit. Niveau famille, elle juge sa sœur trop coincée, son père trop absent et s’engage dans un concours de coups bas avec sa belle-mère passive-agressive (Olivia Colman, aussi surprenante que parfaite).

Amour, névroses et féminisme

La liberté de ton de la série, couplée à une attachante légèreté, n’est pas sans rappeler Chewing-Gum, autre série anglaise adaptée d’une pièce de théâtre et portée par une femme à la fois auteure et actrice principale, Michaela Coel. Mais elle évoque aussi l’esprit frondeur, pour ne pas dire trash, de son cousin américain Louis C.K. D’autant que Phoebe Waller-Bridge brise elle aussi souvent le quatrième mur, prenant directement à parti le spectateur en entrecoupant les dialogues réels de commentaires plein de dérisions et de regards complices.

Mais le talent de Phoebe Waller-Bridge se révèle surtout dans cette façon d’immiscer un second-plan dramatique derrière le rire. Ici et là, des flashbacks, qui petit à petit se complètent les uns les autres, font remonter à la surface le souvenir de sa meilleure amie qui s’est récemment suicidée. On découvre alors en Fleabag un clown triste, hanté par une douleur profonde et pour qui l’humour et le cynisme sont une carapace, une façon de faire face au monde et de (sup)porter le deuil…

À travers ce portrait irrésistible d’une jeune femme à la dérive, qui emmène le spectateur sur des montagnes russes émotionnelles entre rire et larmes, Phoebe Waller-Bridge s’impose comme une des auteures anglaises à suivre.


 Top Tw3ets

 


 

Fleabag▪ Créé par Phoebe Waller Bridge ▪ Avec Phoebe Waller Bridge, Olivia Colman, Sian Clifford … ▪ Diffusée sur Amazon Prime Vidéo ▪ 6 épisodes (30 minutes)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Thomas Lapointe:

Bandit des grands chemins, monteur de meubles IKEA à ses heures perdues, ayant un penchant pour les dames d’un certain âge (Meryl, Susan, Maggie, Julianne, je vous aime). Le ciné, la photo et l’art, voilà les trois choses qui font tourner mon monde, sans lesquelles j’aurais quelques difficultés à me lever le matin. « Les meilleurs films sont comme des rêves qu’on n’est pas sûr d’avoir faits ». À bon entendeur.

Laissez un commentaire