Harry Potter et l’enfant maudit : la critique spoiler free

Classé dans : Home, Non classé | 0
Harry Potter et l'enfant maudit
Une partie du clan Potter avec Harry (Jamie Parker), Albus (Sam Clemmett) et Ginny (Poppy Miller) dans la pièce de théâtre de Jack Thorne.

Harry est de retour. Et sa huitième aventure vaut le détour. Présenté par J.K. Rowling comme le point final DÉ-FI-NI-TIF des aventures du magicien au front zébré, Harry Potter et l’enfant maudit est donc le texte de la pièce de théâtre jouée pour la première fois à Londres le 31 juillet 2016. On l’a lu (ému), et avons décidé de vous en parler, mais sans gâcher votre plaisir. Voici notre critique garantie sans grand méchant spoiler ajouté.

Devenu directeur du département de la justice magique, toujours marié à Ginny Weasley, notre héros, désormais âgé de 37 ans, a fort à faire avec son rôle de père de trois enfants. Mais c’est surtout son plus jeune fils, Ablus, qui lui vaut ses premiers cheveux blancs. A ce dernier de prendre le relais du héros. Un rôle qu’il n’avait assurément pas choisi…

Parfum de nostalgie et appel à l’imaginaire

Pour se débarrasser fissa du seul micro bémol de notre sujet du jour, l’aventure contée fait plus que jamais appel à l’imagination. Texte de pièce de théâtre oblige, cette histoire-ci est plutôt avare en descriptions. Un simili-reproche bancal donc, mais malgré tout un brin frustrant. Ce sera bien le seul qu’on pourra lui faire.

Harry Potter et l'enfant maudit
Le clan Granger-Weasley avec Ron (Paul Thornley), Hermione (Noma Dumezweni) et leur fille Rose (Cherrelle Skeete), dans la pièce de théâtre de Jack Thorne.

Se lancer dans la lecture de L’enfant maudit sans avoir lu au préalable l’intégralité des volumes précédents tiendrait de l’hérésie. Et si l’on découvre avec plaisir ce que sont devenus les Hermione, Ron, Drago Malefoy, Professeur McGonagall, Neville Londubat et compagnie, le plaisir de se plonger dans ce huitième volume va bien au-delà des retrouvailles avec de vieux amis perdus de vue. Par un habile coup de baguette, l’histoire s’aventure sur les chemins du « et si… ». Et si Harry n’avait pas triomphé de Voldemort ? A quoi ressemblerait Poudlard et le monde des sorciers aujourd’hui ?

Père-fils : mode d’emploi

Et tandis que des paysages familiers se brouillent, que les héros d’hier s’effacent pour laisser place à la nouvelle garde, une dernière pierre vient consolider la saga dans son entier : la relation père-fils. Même si, tout au long des sept années de Harry à Poudlard, J.K. Rowling avait bien esquissé les questions liées à la parentalité, Harry Potter et l’enfant maudit prend la filiation à bras le corps.

Harry Potter et l'enfant maudit
Dans la pièce de théâtre de Jack Thorne, Anthony Boyle incarne Scorpius Malefoy, le fils du vieil ennemi de Harry, Drago Malefoy… et le meilleur ami d’Albus Potter.

En plus de la nouvelle menace qui plane désormais sur le monde des sorciers, Harry est déchiré par sa relation houleuse avec son fils Albus. Comment être un bon père sans jamais en avoir connu un lui-même ? Comment trouver les mots pour communiquer avec un ado qui lui ressemble sans doute beaucoup plus qu’il n’y paraît ? Pour Albus, la pression est tout aussi forte. Comment pourrait-il seulement espérer être à la hauteur des exploits de ses aînés, flanqué qu’il est d’un géniteur-sauveur du monde ? Se détacher du passé et tracer sa propre route. La réponse semble toute trouvée. Mais l’évidence n’est pas chose aisée à mettre en application, surtout lorsque l’on est en pleine traversée de l’adolescence.

Panachée de scénettes aussi brèves que tendres (Hermione et Ron forever), de récits déchirants (Drago, définitivement réhabilité), la grande aventure de Harry Potter et l’enfant maudit trouve la juste mesure entre les inquiétudes grandissantes du père, le besoin de faire ses preuves du fils et leurs nombreux accrochages et vices de communication. C’est la croix et le défi de tout parent, sans doute, que de comprendre son enfant dans toute sa différence. La magie nous étreint une nouvelle fois, et elle n’a jamais semblé plus proche de nous.

Harry Potter et l'enfant maudit


Notre dossier Harry Potter continue ici

Harry Potter

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Christophe Chadefaud:

Collectionneur d’images qui aime l’amour et les zombies. GPS vivant. Regarde généralement où il met les pieds, même s'il a souvent la tête dans les nuages. Cinélover adorateur de merveilleux. Aime aussi ranger sa chambre, les feux d’artifice, Woodstock et grimper le Machu Picchu. Et pas nécessairement dans cet ordre.

Laissez un commentaire