Harry Potter et l’ordre du phénix : la critique du film

Classé dans : Be kind, rewind, Cinéma, Home | 0

Harry Potter et l'Ordre du Phénix


Si vous avez manqué le début : Tandis que le Ministère de la Magie préfère faire la politique de l’autruche, prétendant que Voldemort n’est pas de retour, Harry fait face à la tyrannie de sa nouvelle professeur de Défense contre les forces du mal, et décide de prendre les choses en main en formant lui-même ses camarades à lutter contre Vous-Savez-Qui.


En matière de magie, soit l’illusion est parfaite et l’émerveillement des mirettes garanti, soit on sombre dans le tour maladroit dont les ficelles vous pètent au visage. David Yates aurait bien fait de potasser son manuel de « Magie pour les nuls ». Le roman le plus intensément psychologique de la saga en main, il secoue L’ordre du phénix dans tous les sens comme pour voir ce qui va en sortir. En vrac donc : Harry, des cauchemars, une nouvelle directrice sadique et la montée en puissance du Malin.

Bavard le plus souvent sur de l’anecdotique, constamment elliptique sur ce qui apparaissait comme essentiel, cet Ordre du phénix est un défi à l’entendement. Bref, ceux qui ne se seront pas servis du livre en amuse-bouse passeront totalement à côté du pourquoi des tourments intérieurs du prince Harry.

popandupharrypotterphenixgallerie

De gauche à droite, de haut en bas : Imelda Staunton (Ombrage), la tortionnaire de Daniel Radcliffe (Harry) – L’armée de Dumbledore – Harry et cie au Département des Mystères – Derrière les binocles du professeur Trelawney, Emma Thompson est en très mauvaise posture.

Harry empoté…

Les retrouvailles avec Poudlard aidant, on se raccroche à la maestria des nouvelles têtes du jour, des plus discrètes (Evanna Lynch, craquante poupée burtonienne dans le rôle de Luna Lovegood) aux plus envahissantes. Dans ce registre, Imelda Staunton étincelle en tyran rose bonbon, le sourire pincé et l’autorité féroce.

Si la mise en scène de David Yates est souvent plus qu’approximative, il parvient malgré tout à orchestrer deux coups de maître en bout de course lors de séquences de combats magiques pétaradants entre les compagnons de Harry et les mages noirs de Voldemort, relevant ainsi le niveau d’un film tragiquement malmené.

Harry Potter et l'Ordre du Phénix


Notre dossier Harry Potter continue ici

Harry Potter

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Christophe Chadefaud:

Collectionneur d’images qui aime l’amour et les zombies. GPS vivant. Regarde généralement où il met les pieds, même s'il a souvent la tête dans les nuages. Cinélover adorateur de merveilleux. Aime aussi ranger sa chambre, les feux d’artifice, Woodstock et grimper le Machu Picchu. Et pas nécessairement dans cet ordre.

Laissez un commentaire