Le calendrier de la rentrée séries (1ère partie)

Classé dans : Introducing, Séries | 1
Ça y est, c’est la rentrée ! Les plus chafouins me diront que ça fait un moment déjà, mais les sériephiles les plus ardus me lanceront un regard entendu : c’est bien cette semaine que les séries font leur retour sur les principaux networks américains. Pour vous aider dans la jungle des pilotes, lancés cette année encore par poignées, Pop’Up vous a préparé un petit calendrier. Il ne vous reste plus qu’à cocher.

LUNDI

life in pieces

De quoi ça parle : de la famille Short. Divisé en segments, chaque épisode suivra quatre moments particuliers des membres de la famille, sans que ceux-ci se croisent forcément. On y retrouve les parents trop présents, le fils qui vit toujours avec eux, les jeunes parents qui découvrent que leur vie ne sera plus jamais la même … Rien de bien original.

Ses parents : Modern Family et Brothers & Sisters, les familles co-dépendantes.

Son point fort : un casting quatre étoiles avec Betsy Brandt (Breaking Bad), Colin Hanks (Fargo), Thomas Sadoski (The Newsroom), James Brolin (Traffic), Dianne Wiest (Hannah et ses soeurs, In Treatment).

Son point faibleDéjà vu !

Taux de kiffance : 42%

Voir le trailer ici.

minority report

De quoi ça parle : de ce qui se passe après le film de Steven Spielberg. Precrime a été démantelé mais l’un des trois Precogs capables de prévoir le futur, reste hanté par des flashs de crimes. Séparé de son frère jumeau, ses visions sont incomplètes, il doit donc collaborer avec une enquêtrice qui fera tout pour préserver son secret.

Ses parents : Minority Report l’original et Person of Interest, les thrillers d’anticipation à base de prédictions.

Son point fort : une ambiance futuriste remplie de gadgets et de décors inédits.

Son point faible : passer après Philip K. Dick et Steven Spielberg. Et faire de la série un énième copshow où une flic s’adjoint les services d’un novice aux capacités hors-normes.

Taux de kiffance : 45%

Voir le trailer ici.

blindspot

De quoi ça parle : Une jeune femme est retrouvée enfermée dans un sac, nue comme un ver en plein Times Square. Elle est totalement amnésique et ne sait pas expliquer pourquoi son corps est entièrement recouvert de mystérieux tatouages fraîchement effectués. Le FBI, en tentant de les déchiffrer, se rend compte qu’ils annoncent une conspiration de grande ampleur.

Ses parents : XIII et Prison Break, les amnésiques avec de multiples secrets tatoués sur le corps.

Son point fort : le mystère. Le pitch et les premières minutes vous donnent très fortement envie de savoir de quoi il retourne.

Son point faible : se retrouver sur NBC. On espère que la chaîne ne transformera pas ce bon début en pétard mouillé, façon The Blacklist.

Taux de kiffance : 66%

Voir le trailer ici.

supergirl

De quoi ça parle : Kara Zor-El est la cousine de Superman. Comme lui elle a des super-pouvoirs, mais on lui a conseillé de les cacher. Alors elle travaille dans un journal pour passer le temps (ça ne vous rappelle pas quelqu’un ?), jusqu’au jour où elle décide de combattre le crime à National City, avec un beau costume bleu, rouge et jaune barré d’un S qui veut dire Supergirl.

Ses parents : Smallville et Lois & Clark, la mythologie Superman à la sauce midinette.

Son point fort : avoir Greg Berlanti à la barre. Les super-héros à la télévision, il connait. Il a réussit à faire d’Arrow et The Flash des hits.

Son point faible : Supergirl. Le personnage a rarement passionné les foules, souvent relégué au rôle de sidekick de luxe.

Taux de kiffance : 35%

Voir le trailer ici.

crazy ex girlfriend

De quoi ça parle : Rebecca Bunch ne s’est jamais vraiment remise de sa rupture d’avec son petit-ami du lycée. Alors quand elle le recroise par hasard à New York, elle y voit un signe du destin. Sauf que le jeune homme s’apprête à partir vivre en Californie. Ni une, ni deux, Rebecca plaque tout pour le rejoindre à West Covina, à deux heures de la plage, quatre heures avec traffic.

Ses parents : Ally McBeal et Unbreakable Kimmy Schmidt, prêtes à tout quitter pour retrouver un amour déchu ou démarrer une nouvelle vie. En chanson.

Son point fort : Rachel Bloom, créatrice, productrice, actrice. Reine de l’impro, ses vidéos ont fait les beaux jours de Funny Or Die.

Son point faible : il est toujours risqué d’amener la comédie musicale à la télévision. Les numéros chantés et dansés peuvent vite virer au grand-guignolesque. Mais faisons confiance à Marc Webb (producteur et réalisateur du pilote), il avait réussi l’exercice dans sa fausse comédie romantique (500) jours ensemble.

Taux de kiffance : 52%

Voir le trailer ici.

 

et toujours lundi

MARDI

the muppets

De quoi ça parle : Kermit, Miss Piggy, Fozzie et compagnie sont de retour ! Pour revenir sur le devant de la scène, Kermit propose à ses amis une nouvelle émission façon mockumentaire, où le public aurait accès à l’envers du décor, à la maison comme au travail.

Ses parents : The Muppet Show et The Office, découvrir l’envers du décor de la vie privée et professionnelle de nos marionnettes préférées.

Son point fort : la popularité. La réussite des Muppets ne s’est jamais démentie, pour preuve les succès des adaptations récentes au cinéma (Les Muppets, le retour et Opération Muppets).

Son point faible : la redite. Les Muppets ont déjà eu leur heure de gloire et si cette nouvelle version ne s’avère pas très vite hilarante, le public pourrait déserter pour aller vers plus de nouveauté.

Taux de kiffance : 60%

Voir le trailer ici.

LIMITLESS

De quoi ça parle : Brian Finch est un musicien paumé qui, suite à l’ingestion d’une drogue appelé NZT, utilise ses capacités cérébrales sans limites. Mais pour se dédouaner d’une sombre affaire de meurtre sous NZT, le voilà contraint de collaborer avec le FBI.

Ses parents : Chuck et Scorpion, les geeks losers qui chopent la science infuse grâce à l’intervention d’un tiers.

Son point fort : Jake McDorman, point barre.

Son point faible : je n’aurais jamais cru dire ça un jour mais Bradley Cooper est le point faible du show. Héros du film dont est tiré la série, il est producteur de cette dernière et intervient dans le pilote, liant ainsi les deux mais perdant au passage ceux qui n’auraient pas vu le film. Sa présence, prévue pour être ponctuelle, empêchera peut-être le show de vivre par et pour lui-même. Rajoutons à cela la sous-exploitation (pour le moment on l’espère) de Jennifer Carpenter.

Taux de kiffance : 47%

Voir le trailer ici.

scream queens

De quoi ça parle : c’est la rentrée pour les Kappa Kappa Tau, la confrérie la plus hype (et la plus bitchy) du campus. Mais cette année la doyenne leur réserve une mauvaise surprise : TOUTES les élèves pourront intégrer la sororité. Même les moins glams, même les plus insignifiantes. Au même moment, une série de meurtres sanglants débute, éliminant une à une les membres de la confrérie.

Ses parents : Greek et American Horror Story, le glauque débarque à la fac.

Son point fort : le too much. Trop de sang, trop de cris, trop de stars (Jamie Lee Curtis, Lea Michele, Emma Roberts, Abigail Breslin, Nick Jonas, Charisma Carpenter, Oliver Hudson, Ariana Grande, Diego Boneta…). Scream Queens, a le potentiel pour devenir le guilty pleasure de votre année.

Son point faible : Ryan Murphy est aux platines. On le sait, le bonhomme a toujours d’humbles ambitions (réhabiliter la comédie musicale avec Glee, l’anthologie avec American Horror Story….), mais force est de constater que ses productions tournent très vite en rond. Pour lui qui espère avec Scream Queens réussir un mélange entre Halloween et Mean Girls, il serait peut-être préférable de se contenter d’une seule saison pour réussir son coup.

Taux de kiffance : 50%

Voir le trailer ici.

grandfathered

De quoi ça parle : Célibataire playboy et restaurateur à succès, Jimmy se découvre le même jour père et grand-père.

Ses parents La Fête à la maison et Raising Hope, on ne naît pas grand-père, on le devient.

Son point fort : John Stamos. Après avoir été l’oncle favori de toutes les petites filles dans les années 90, une nouvelle génération va maintenant rêver d’avoir un grand-père aussi sexy.

Son point faible : on voit mal la série se poursuivre sur plusieurs saisons avec ce seul pitch.

Taux de kiffance : 61%

Voir le trailer ici.

the grinder

De quoi ça parle : Dean Sanderson interprète The Grinder, avocat émérite. Quand la série s’arrête, il retourne dans sa ville natale et décide, persuadé qu’avoir joué un homme de loi pendant 8 ans lui confère l’expérience nécessaire, de reprendre le cabinet familial avec son frère, qui lui a les diplômes mais pas l’aisance en public de l’acteur.

Ses parents : Boston Justice et Episodes, quand la loi rencontre Hollywood. Mais avec humour.

Son point fort : Rob Lowe, qui a prouvé avec Parks & Recreation qu’il pouvait aussi porter une comédie.

Son point faible : le reste du casting semble un peu dépassé par le charisme de l’acteur, le vrai et le rôle.

Taux de kiffance : 34%

Voir le trailer ici.

wicked city

De quoi ça parle : l’anthologie est décidément à la mode. ABC se lance dans le genre avec Wicked City, qui suivra à chacune de ses saisons (s’il y en a…) un crime qui défraya la chronique à Los Angeles. Cette année nous suivrons les pas d’un serial killer (Ed Westwick) arpentant le Sunset Strip en 1982. Quand ce dernier fait connaissance avec une âme soeur aussi dangereuse que lui (Erika Christensen), policiers, journalistes et même dealers vont tout faire pour l’arrêter.

Ses parents : Dexter et Aquarius, un serial killer au coeur de la Cité des Anges.

Son point fort : le Los Angeles des eighties, dégoulinant de sex, drugs et rock’n’roll.

Son point faible : Ed Westwick en Dexter californien, on demande à voir.

Taux de kiffance : 59%

Voir le trailer ici.

Chicago Med

De quoi ça parle : Après les policiers (Chicago PD) et les pompiers (Chicago Fire), Dick Wolf (Law & Order) complète sa collection avec les médecins de Chicago Med. La vie, l’oeuvre et les petites aventures des docteurs, administrateurs et autres infirmières de l’hôpital local.

Ses parents : Chicago Fire et Chicago PD, maman travaille dans la police et papa est pompier.

Son point fort : le drama, Dick Wolf n’hésite généralement pas à faire trembler la ménagère.

Son point faible : passer après Urgences en dépeignant le monde hospitalier de Chicago, impossible de faire mieux. Et puis ça pue la stratégie cette triplette, on va avoir droit à Chicago Teach l’an prochain ?

Taux de kiffance : 28%

Voir le trailer ici.

et toujours mardi

MERCREDI

red oaks

De quoi ça parle : été 1985, David dégote un job de prof de tennis au Country Club du coin. Pressé par son père, il doit aussi profiter de cet été pour décider ce qu’il veut faire de sa vie. Mais le Red Oaks Country Club est surtout l’occasion pour lui de croiser bon nombre de personnages hauts en couleur, du client colérique au collègue accro à la weed.

Ses parents : Parks & Recreation et une comédie de John Hughes, ou comment sortir de l’adolescence et entrer dans le monde du travail entouré de cinglés attachants.

Son point fort : son charme. Délicieusement kitsch et absurde, eighties aidant, Red Oaks a un petit côté suranné et loufoque qui vous cueille instantanément. Produite par Steven Soderbergh et réalisée par David Gordon Green pour Amazon, voici la petite perle de la rentrée.

Son point faible : euuuuh … la musique des années 80 en colonne sonore ? Parce que bon les synthés tout ça … Mais c’est vraiment pour trouver quelque chose.

Taux de kiffance : 83%

Voir le trailer ici.

rosewood

De quoi ça parle : Le Dr Beaumont Rosewood Jr. est capable de faire parler un cadavre mieux que quiconque. Il ne pratique pas le spiritisme, il possède juste le laboratoire d’analyses privé le plus performant de tout Miami. Ce qui l’amène à collaborer avec la police et notamment une détective des plus cynique, alors que lui semble apprécier le moindre moment de vie. Normal, puisqu’un problème cardiaque risque de ne pas lui laisser voir la prochaine décennie.

Ses parents : Dexter et Bones, duo atypique sur les eaux turquoises de Miami.

Son point fort : Le troisième abdo à gauche en partant du haut de Morris Chestnut, éventuellement.

Son point faible : Déjà vu et booooring. Oh, un nouveau duo policier auquel on ajoute l’élément dramatique de la mort imminente ! Allons télévision, on attend mieux de toi.

Taux de kiffance : 7%. Sans déconner, on lui donne pas trois épisodes avant l’annulation.

Voir le trailer ici.

code black

De quoi ça parle : Aux Urgences le « code black » est déclenchée quand il y a plus de patients que de personnel médical. Une situation que les médecins du Angels Memorial Hospiral connaissent bien, mais refusent de laisser devenir une fatalité. Pour le Dr Leanne Royer, ce sont les patients avant tout. Adage qu’elle va tenter de transmettre aux quatre nouveaux internes qu’elle doit prendre sous son aile.

Ses parents : Urgences et Monday Mornings, l’urgence des Urgences captée au plus proche.

Son point fort : un casting badass où des forces de la nature incarnent des forces de la nature (Marcia Gay Harden, Luis Guzman, Bonnie Somerville, Raza Jaffrey). Inspiré du documentaire Code Black du Dr. Ryan McGarry, les situations dépeintes dans la série sont celles auxquelles de vrais médecins ont été confrontés. On peut difficilement faire plus immersif.

Son point faible : le côté documentaire qui peut rebuter les addicts aux storylines sirupeuses de Grey’s Anatomy.

Taux de kiffance : 71%

Voir le trailer ici.

et toujours mercredi

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Marine Bienvenot:

Se dit souvent que la vie c'est comme une boîte de chocolat. A comme tonton Bill Murray, comme BFF Rachel McAdams et Seth Cohen, comme grands frères les Black Keys, comme sista Angela Chase, comme cousin chelou Thom Yorke, comme mamie gâteau Maggie Smith, comme famille les Braverman, comme prof de guitare Nick Drake, comme grand-père castor raconte nouuus une histoire Steven Spielberg... Oui dans mes rêves, oui. Clear eyes, full hearts, can't lose ! Comme le dit si bien le Coach Taylor.

One Response

  1. […] a commencé à vous aider à faire le tri parmi la foultitude de nouvelles séries lancées depuis la semaine dernière sur […]

Laissez un commentaire