Les 10 héritiers de David Bowie

Classé dans : Jukebox, Musique | 2

carrousel david bowie

 © Brian Duffy

 

Ziggy Stardust nous a quitté. Il y a quelques mois, alors que la Philharmonie de Paris organisait une exposition sur l’homme au cent visages, nous nous étions demandé quels artistes contemporains pourraient être ses héritiers. On aurait aimé que la succession n’arrive pas si vite.
Le grand Bowie a les honneurs de la Philharmonie de Paris pour une expo sobrement intitulée David Bowie is. Oui mais is quoi ? Tant de choses… Et ce ne sont pas les artistes de la playlist suivante qui diront le contraire. Bien que venant d’univers parfois très éloignés, tous se réclament de Ziggy Stardust, Aladdin Sane ou Halloween Jack et se lèvent le matin avec une seule question en tête : what would Bowie do ?

 

Janelle MonaeNettement plus groovy que rock, Janelle Monáe voue pourtant une admiration sans borne à l’icône Bowie, qu’elle considère comme « transcendant ». Admirant le fait qu’il se soit réinventé un nombre incalculable de fois durant ses 50 ans de carrière, c’est également en cultivant une allure androgyne, en travaillant un son plus symphonique sur l’album The Electric Lady et en reprenant « Heroes » chez David Letterman que l’on se dit que Janelle Monáe fait partie du fan club de Ziggy Stardust.

Taux de Bowisme : 52 %

Brandon Flowers of The KillersIl n’y a souvent qu’un pas entre l’admiration et l’imitation. Les américains de The Killers l’ont expérimenté. Dandy rock’n’roll, le leader du groupe de Las Vegas, Brandon Flowers, mange, respire et chante Bowie. Au point de parfois oublier de faire sa propre musique. Quand c’est reprendre « Moonage Daydream » sur scène ça va, quand c’est reprendre une partie des paroles de « Queen Bitch » dans leur morceau « Mr Brightside », ça passe pour un clin d’oeil mais quand c’est carrément reprendre la ligne de basse de « Slow Burn » sur « All These Things That I’ve Done », ça commence à faire beaucoup.

Taux de Bowisme : 64 %

lordeQuand on est une adolescente néo-zélandaise de 17 ans pour qui le vinyl David Live est la chose la plus précieuse au monde, rencontrer Dieu le père, aka Aladdin Sane himself, peut vous paralyser. Mais quand en plus celui-ci vous dit qu’écouter du Lorde c’est comme écouter l’avenir, vous pouvez mourir tranquille. Enfin le plus tard possible.

Taux de Bowisme : 73 %

Lady-GagaIl est assez facile de penser que Lady Gaga a été biberonnée au glam rock de celui qu’elle surnomme « le prince extraterrestre ». Si ce n’est musicalement, du moins esthétiquement. Pour Gaga hors de question de sombrer dans la routine, que ce soit pour elle ou pour ses Little Monsters. A chaque album son renouvellement musical et vestimentaire. Et c’est dans ce travestissement que Bowie et Gaga se rejoignent le plus, une manière de se protéger et de marquer les esprits.

Taux de Bowisme : 75 %

emilie simonEmilie Simon et David Bowie c’est l’expérimentation au service de la musique. Tous deux sont des petits bricolos qui triturent les sons pour en sortir de jolies ritournelles, la preuve avec la reprise de « Space Oddity » signée Emilie Simon. Mais il y a aussi leur amour commun du cinéma, qui le leur rend bien. Bowie et son physique caméléon a joué dans une vingtaine de films (L’homme qui venait d’ailleurs, Les Prédateurs, Le Prestige…), Emilie Simon a composé les bandes originales de La Marche de l’Empereur, Survivre avec les loups et La Délicatesse.

Taux de Bowisme : 77 %

antony hegartyUne hypersensibilité qui transpire par tous les pores de leurs musiques et de leurs corps, c’est ainsi que l’on rapprocherait David Jones et Antony Hegarty. Sans pseudos, sans noms de scène, ils sont juste deux artistes exigeants, furieusement talentueux et parfois trop fragiles pour ce business. Il n’y a qu’à écouter leurs tremblements et leurs respirations pour saisir leur étrangeté commune.

Taux de Bowisme : 80 %

rufus wainwrightLe point commun entre Bowie et Rufus Wainwright ? La grandiloquence, le baroque, la symphonie. Leurs voix semblent voleter autour de la musique, elle l’habite, la transcende. Chacun de leurs albums ressemblent à un space opera pensé dans son ensemble et non morceau par morceau. Et tout ça sans compter l’aura impressionnante que dégage les deux artistes.

Taux de Bowisme : 81 %

brian molkoUne voix comme venue d’outre-tombe et un sujet de prédilection : l’amour. Ce n’est pas forcément les premières choses auxquelles on pense lorsque l’on écoute Brian Molko et David Bowie, et ce sont pourtant celles sur lesquelles ils se rejoignent. Après avoir entendu « Without You I’m Nothing » de Placebo, dont il est tombé immédiatement amoureux, Bowie propose au groupe britannique de la ré-enregistrer en duo avec lui. Je crois que c’est ce que l’on appelle un adoubement.

Taux de Bowisme : 82 %

arcade fireL’admiration va dans les deux sens entre Bowie et les montréalais d’Arcade Fire. Le premier les considère comme l’un des meilleurs groupe de rock en activité, les seconds lui proposent collaboration sur collaboration. C’est ainsi qu’ils reprennent d’abord « Heroes » durant leurs concerts, qu’en réponse Bowie vient interpréter avec eux sur scène leur hymne « Wake Up », et que tout ce beau monde se retrouve à collaborer sur « Reflektor », le titre phare du dernier album d’Arcade Fire. Au moment où il l’a entendu Bowie a déclaré qu’ils feraient bien d’enregistrer très vite ou bien il serait capable de la leur voler. The Thin White Duke fait donc partie des choeurs sur « Reflektor », rien que ça. A ce stade là ce n’est plus de l’admiration, c’est de l’amour.

Taux de Bowisme : 85 %

david bowieMais finalement, l’héritier ultime de Bowie c’est Bowie lui-même. Revenu d’entre les morts, de toutes les modes, de tous les temps, il renaît de ses cendres, explore et conquiert de nouveaux territoires. Son dernier album, sorti en 2013 après plus de 10 ans d’absence et joliment appelé The Next Day, envoyait le caméléon vers de nouveaux horizons et rappelait avec nostalgie les plus grandes heures d’une icône.

Taux de Bowisme : 100 %

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Marine Bienvenot:

Se dit souvent que la vie c'est comme une boîte de chocolat. A comme tonton Bill Murray, comme BFF Rachel McAdams et Seth Cohen, comme grands frères les Black Keys, comme sista Angela Chase, comme cousin chelou Thom Yorke, comme mamie gâteau Maggie Smith, comme famille les Braverman, comme prof de guitare Nick Drake, comme grand-père castor raconte nouuus une histoire Steven Spielberg... Oui dans mes rêves, oui. Clear eyes, full hearts, can't lose ! Comme le dit si bien le Coach Taylor.

2 Responses

  1. […] Relire notre article sur les héritiers de David Bowie ici. […]

  2. […] ce mois de janvier particulièrement meurtrier pour la culture, la disparition de David Bowie est celle qui nous a le plus attristée. Probablement car, comme tout ce qui concerne Ziggy […]

Laissez un commentaire