Life : si James Dean m’était conté

Classé dans : Cinéma | 3
Life, d'Anton Corbijn - Pop'Up

 

Si vous avez manqué le début : C’est l’histoire de la légende absolue du cinéma et d’un photographe qui a du nez, en plus d’avoir un œil. Ou quand Dennis Stock rencontre James Dean, juste avant la mise en orbite de l’acteur.

Anton Corbijn raconte les quelques semaines pendant lesquelles Stock court après l’insaisissable Dean. Life est d’abord une histoire de la photographie. Elle ne pouvait que séduire Corbijn, lui qui a collectionné, tout au long de sa carrière, les incroyables clichés de David Bowie, Miles Davis et autres U2… Tout comme le nostalgique Control était un magnifique jeu d’ombres et de lumières sur Ian Curtis, le leader de Joy Division, Life est un nouveau film à la plastique parfaite. Rien ne dépasse. L’image est d’une propreté impeccable et le sens de la composition de Corbijn, de chaque plan. On lui trouverait même des talents cachés de magicien. Sans avoir en tête les fameux clichés de Dean, dont il conte ici la genèse, on les devine instinctivement tant sa recherche de reconstitution du contexte exact tient de la maniaquerie documentaire. Si c’est pas de la magie, ça.

Dans la lumière de la légende

A l’écran, Dane DeHaan, la révélation de Chronicle, accepte un rôle en forme de défi : incarner un mythe, rien que ça. Pour la petite histoire, DeHaan a refusé cinq fois de jouer James Dean, par peur de ne pas être à la hauteur de son héros. C’est sa tendre moitié qui lui fera finalement changer d’avis. Grand bien lui a pris. Le comédien de 29 ans joue la fragilité du grand Jimmy comme on marche sur un fil. En plus d’avoir la grâce, il a capté ce regard profond qui laissait l’impression que Dean avait compris le monde et ses chimères.

Dans la peau du photoreporter du journal Life, Dennis Stock, Robert Pattinson rivalise de justesse. Peut-être aurait-il pu jouer Dean, lui aussi. Sa position d’observateur d’une idole au moment de son éclosion lui va d’autant mieux qu’elle est comme un écho à sa propre expérience pré-Twilight. Quelques semaines en suspens avant que le monde ne bascule. Ensemble, ils insufflent à leurs jeux de regards une sensation de profond respect mutuel.

 

taux de kiffance Life

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Christophe Chadefaud:

Collectionneur d’images qui aime l’amour et les zombies. GPS vivant. Regarde généralement où il met les pieds, même s'il a souvent la tête dans les nuages. Cinélover adorateur de merveilleux. Aime aussi ranger sa chambre, les feux d’artifice, Woodstock et grimper le Machu Picchu. Et pas nécessairement dans cet ordre.

Articles récents de

3 Responses

  1. […] d’une vie, celui de James Dean lors de sa rencontre avec le photographe Dennis Stock dans le Life, d’Anton Corbijn. Et Dane devint […]

Laissez un commentaire