Mac DeMarco, chien fou apaisé

Classé dans : Home, Le 140, Musique | 0

King du downtempo, empereur du cool, as de la détente, ce grand slacker de Mac DeMarco rechausse la guitare acoustique pour un troisième album en cinq ans. Apaisant, This Old Dog annonce l’été qui arrive et la maturité de son auteur.

Signe des temps, Mac DeMarco est presque plus connu pour ses pitreries sur internet (il se filme en train de mettre feu à ses pets) et ses concerts réputés ingérables (il y expose son glorieux postérieur sous toutes les formes), que pour sa musique. This Old Dog est pourtant le troisième album du canadien en cinq ans à peine et, pour les aficionados, son indie rock lo-fi est au moins aussi digne d’intérêt que ses facéties grivoises.
La musique de DeMarco était jusqu’à maintenant à l’image de son auteur : d’une indolence nonchalante qui brouillait les pistes en branchant les amplis quand l’envie de se défouler devenait incontrôlable. Un déménagement à Los Angeles en a quelque peu changé l’essence.

Greetings from L.A

En provenance de New York, c’est une certaine langueur californienne qu’a attrapé Mac DeMarco en débarquant dans la Cité des Anges. La furie dégingandée qui l’habite sur scène (et ravit ses fans) s’était toujours adoucie en studio, mais avec This Old Dog sa musique se fait moins insouciante, plus vulnérable. L’approche de la trentaine sûrement.
A 27 ans, le natif d’Edmonton se retourne déjà sur le chemin parcouru et se pose des questions existentielles sur la suite de sa vie et de sa carrière. Sur « My Old Man », il accuse le coup de ressembler de plus en plus au père absent, alcoolique et drogué qu’il connait à peine ; sur « Dreams Of Yesterday », il jette un dernier regard aux espoirs d’autrefois ; sur « Still Beating », il déclare son amour de manière intemporelle à la femme qui partage sa vie depuis plusieurs années…
Plus personnelle et mélancolique, sa folk downtempo vire désormais à l’acoustique. 

Songwriter doux-amer

Plus dépouillée, la musique de Mac DeMarco n’en demeure pas moins aussi lumineuse qu’avant. Mais derrière les morceaux easy listening qui appellent le hamac, la sieste et la piña colada, DeMarco se dévoile en songwriter sincère et sensible qui pourrait, dans les années à venir, tutoyer les plumes de Jonathan Richman, Adam Green ou Paul Simon. Cette légèreté douce-amère inédite est renforcée par l’abandon partiel de sa guitare signature aux slides presque hawaïens pour un manche acoustique et des synthés délicats.
Depuis L.A, une guitare entre les bras et une connerie en gestation, l’ado attardé observe la possibilité d’enfin grandir, apaisé.


 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Marine Bienvenot:

Se dit souvent que la vie c'est comme une boîte de chocolat. A comme tonton Bill Murray, comme BFF Rachel McAdams et Seth Cohen, comme grands frères les Black Keys, comme sista Angela Chase, comme cousin chelou Thom Yorke, comme mamie gâteau Maggie Smith, comme famille les Braverman, comme prof de guitare Nick Drake, comme grand-père castor raconte nouuus une histoire Steven Spielberg... Oui dans mes rêves, oui. Clear eyes, full hearts, can't lose ! Comme le dit si bien le Coach Taylor.

Laissez un commentaire