Mission Impossible : Rogue Nation, la tournée critique

Classé dans : Cinéma, La tournée critique | 2

Rogue-Nation

Ethan Hunt revient pour une cinquième mission, forcément impossible. On a vu Rogue Nation. On s’en parle autour d’un verre.
Par Marine Bienvenot et Christophe Chadefaud

Si vous avez manqué le début : Les missions impossibles sont certes, toujours un succès, mais non sans semer le chaos autour d’elles. Le gouvernement décide alors de dissoudre l’Impossible Mission Force (IMF). Ethan Hunt, lui, refuse de se rendre et part en croisade contre une mystérieuse organisation criminelle appelée le Syndicat. Aidé de sa team habituelle et d’une agent britannique trouble, il compte bien faire de cette probable dernière mission, une aventure dont tout le monde se rappellera.

christophePourquoi faut-il que les grands méchants aient toujours des voix d’apnéistes enroués? Je pose la question.

 
 

marine bienvenotParce qu’ils portent le col roulé mieux que personne ?

 
 

christopheVa savoir.

 
 

marine bienvenotMon bon ami, si tu cherches par là à dénigrer le charisme de Sean Harris, je t’arrête tout de suite. Il remplit le contrat de nemesis haut la main. Qu’il a fort crispée sur la gâchette, ceci étant.

 

christopheNon, non, rien à redire sur le casting. Surtout en sachant que la wild card de ce Mission Impossible est incontestablement Simon Pegg et son humour qui apportent beaucoup de légèreté.

 

marine bienvenotAh oui incontestablement. Depuis son arrivée sur le 3è opus, celui de J.J Abrams, il est la garantie galéjade. Mais tant qu’à être sur le casting, la véritable bonne idée de Rogue Nation c’est d’offrir à Hunt un véritable alter ego féminin. Pas un simple atout charme comme chez James Bond, non, un personnage avec les mêmes failles et les mêmes atouts que Hunt.

christopheBonne idée, oui. Que Rebecca Ferguson joue le « duck face » pendant deux heures par contre, c’en était une moins bonne…

 

marine bienvenotAttaquer le physique, que c’est petit… A la limite je veux bien t’accorder que le bleu de ses yeux est quelque peu suspect. Sur le reste, elle tient la dragée haute en terme d’action à Cruise (la séquence de l’opéra te fera une preuve irréfutable) et elle arrive à tenir l’ambiguité de son personnage d’infiltrée trouble sur la longueur. C’est déjà beaucoup mieux que bon nombre de potiches actrices de blockbuster.

 

christopheAutant la séquence à l’opéra balance pas mal, autant il y en a quand même pas mal d’autres plutôt brouillonnes et pas particulièrement lisibles en terme d’action, la course-poursuite en moto notamment. C’est un peu fatiguant. Christopher McQuarrie a pourtant tourné Jack Reacher dont la réalisation avait nettement plus de gueule.

 

marine bienvenotJe suis assez d’accord pour dire que McQuarrie n’est pas Abrams, Bird et encore moins De Palma (je refuse d’admettre que le Mission Impossible de John Woo existe), disons qu’il tient la cadence. Je trouve dur, par contre, de ne retenir que la séquence de l’opéra (la plus virtuose je te l’accorde), car l’ouverture en forme de rodéo aérien ou bien encore l’apnée dans le silo d’eau, filent elles aussi quelques sueurs froides.

 

christopheAh non mais attend, je trouve que le film rempli son contrat. Mais il n’est pas parfait. Pour moi les courses-poursuites ne sont pas lisibles. Mais bon, depuis Mad Max 4, je suis sans doute devenu encore plus exigeant. Pas de bol pour Christopher McQuarrie 😉 Ce qui me plait, c’est surtout que, quoi qu’il arrive et ce, qu’on soit en 2015 ou en 1987, il suffit toujours de faire griller deux fils électriques pour arranger la situation. Et ça, ça n’a pas de prix.

 

marine bienvenotC’est l’effet MacGyver, l’idole de toute une génération. Moi ce qui me rassure, c’est qu’il y a toujours une moto ou une voiture à « emprunter » juste à côté de l’endroit où l’on vient de lamentablement crasher la BMW dernier cri qu’on avait réussi à payer grâce à l’argent du contribuable. Et qu’il y a toujours les clés dessus. C’est beau cette solidarité envers notre prochain. Mais revenons à nos moutons, je pense que je ne choquerai personne en disant que McQuarrie est meilleur scénariste que réalisateur. Il remplit le contrat sur M:I5 mais le succès du film et de la franchise tient en deux mots : Tom Cruise. Et charisme. Bon ok ça fait trois.

 

christopheEt puis on a aussi appris que dans la vie, il fallait toujours avoir un coup d’avance sur le coup d’avance des autres. Ca va nous forcer à nous lever super tôt tout ça !

 

marine bienvenotOu avoir une fabrique de masques en silicone à portée de la main.

 

christopheMission : Impossible? Pour nous, je ne pense pas, non.

taux de kiffance MI5

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 Responses

  1. Hello 🙂
    Après avoir lu vos échanges, mon taux de kiffance doit se situer entre les vôtres (disons, 72%).
    J’ai bien aimé la prestation de Rebecca Ferguson, elle a pas mal de scène d’action/de combat qui m’ont impressionné… Même si l’action au Maroc était un peu prévisible (Spoiler : qu’elle parte une fois les informations récupérées ; bon elle a été sympa, elle a réanimé Ethan).
    Mais j’avoues, si je vais voir Mission Impossible c’est pour l’action et Tom… :p et la venue de Simon Pegg rajoute une touche d’humour qui est toujours bienvenue.
    A posteriori, les scènes d’actions ont un peu éclipsées le scénario, que j’ai trouvé moins prenant que ‘Mission: Impossible – Ghost Protocol’.
    On en prend plein les yeux et les oreilles quand même 😉 . J’attends sa sortie en Blu-ray pour le revoir 🙂

    • Marine Bienvenot

      Ahaha mais je viens seulement de voir qu’il y avait plus d’une phrase 😉 Mon préféré de la saga reste le 3, de J.J Abrams, mais la saga se tient bien si on excepte l’horreur absolue du 2

Laissez un commentaire