Musique et politique, les campaign songs des élections US

Classé dans : Home, Jukebox, Musique | 0
144-171 Springsteen GER.qxd

 

L’histoire des campagnes électorales américaines ne semble pas pouvoir s’écrire sans musique. A la guerre comme à la guerre, il est de bon ton d’entrer dans l’arène en chanson. Une chanson qui, si possible, en dit déjà long sur vos ambitions et votre programme. La preuve.

Si tout a commencé avec des chants traditionnels et patriotes (le « Battle Cry of Freedom » pour Abraham Lincoln et le « Happy Days Are Here Again » pour Franklin D. Roosevelt), l’exercice de la chanson de campagne est devenu, avec le temps et la politisation de nos sociétés, un outil de campagne indispensable et un message politique à part entière.

Aux Etats-Unis plus qu’ailleurs, où les élections sont un show et l’entertainment un art de vivre, la campaign song est devenu le reflet du candidat à la présidentielle. En analysant les chansons choisies au cours des quarante dernières années, certains pré-requis frôlent le cliché : le républicain vante les valeurs d’une Amérique traditionnelle et ceux qui ont fait sa légende (Woody Guthrie, Tom Petty, John Mellencamp), tandis que le républicain célèbre l’ouverture d’esprit, le vivre ensemble et la force de caractère (Frank Sinatra, Bachman-Turner Overdrive, Creedance Clearwater Revival).
Le républicain a tendance à choisir la bonne vieille country ou le rock sudiste (Billy Ray Cyrus – oui, le papa de Miley – pour George W. Bush, Kid Rock pour Mitt Romney) quand le démocrate est beaucoup plus pop et protest rock (Katy Perry pour Hillary Clinton, Bruce Springsteen pour Barack Obama).

En parlant du Boss, il est celui qui s’est le plus frotté à l’exercice, ses chansons ayant été choisies à quatre reprises pour représenter un candidat, parfois même contre son gré. Petit exemple de récupération politique : en 1984, quand sort « Born in the USA », Ronald Reagan entame sa campagne de réélection et voit dans la chanson de Springsteen un cri d’amour à l’american way of life. Manque de bol, si on ne l’écoute pas au premier degré comme le Président sortant, le morceau est un hymne dénonçant les ravages de l’inutile guerre du Vietnam sur toute une génération de jeunes américains.
Springsteen, héros et conteur de la working class, ordonne qu’on arrête immédiatement d’utiliser sa chanson dans les meetings républicains. Il s’engagera plus tard aux côtés de politiques démocrates, représentants mieux les valeurs qui sont les siennes. « No Surrender » est utilisée par John Kerry en 2004, tandis que « The Rising » et « We Take Care Of Our Own » illustrent la campagne de réélection de Barack Obama en 2012.

Pays on ne peut plus patriote, peu d’élections se sont jouées hors du patrimoine culturel américain. Bill Clinton a cependant fait appel aux britanniques de Fleetwood Mac, John Kerry et Barack Obama aux irlandais de U2, l’écologiste Cynthia McKinney au britannique John Lennon et John McCain aux suédois d’ABBA.
Si Obama est l’un des rares à avoir choisi des artistes afro-américains avec Aretha Franklin, Ben Harper, Jackie Wilson et Stevie Wonder, Hillary Clinton est également l’une des seules à avoir choisi des artistes féminines avec Rachel Platten, Katy Perry et Sara Bareilles. ll y a encore du boulot au niveau de la représentation des minorités…

En 2016, pour la première fois dans l’histoire des campaign songs, un candidat n’arrive pas à obtenir l’autorisation d’un artiste pour l’utilisation de sa chanson. Que ce soit les White Stripes pour « Seven Nation Army », R.E.M pour « It’s The End Of The World As We Know It », Aerosmith pour « Dream On », Elton John pour « Tiny Dancer », Adele pour « Rolling In The Deep », House Of Pain pour « Jump Around », Twisted Sister pour « We’re Not Gonna Take It », Queen pour « We Are The Champions », The Beatles pour « Here Comes The Sun »… tous ont demandé l’arrêt immédiat de l’utilisation de leurs morceaux dans les meetings de Donald Trump.
On a beau louer la persévérance (et les relatifs bons goûts musicaux) du candidat républicain et de son staff, ils auraient du prêter plus grande attention au message prémonitoire de la dernière chanson qui leur a été refusée : « You Can’t Always Get What You Want », des Rolling Stones.


TRACKLIST*

*Retrouvez cette playlist pendant le Week end US du Club de l’Étoile les 22 et 23 octobre 2016, dont Pop’Up est très fier d’être partenaire.

 

  • Frank Sinatra « High Hopes » (John F. Kennedy, 1960)
  • Simon & Garfunkel « Bridge Over Troubled Water » (George McGovern, 1972)
  • Al Jolson « California Here I Come » (Ronald Reagan, 1980)
  • Bill Conti « Gonna Fly Now » (Rocky Theme) (Walter Mondale, 1984)
  • Woody Guthrie « This Land Is Your Land » (George H. W. Bush, 1988)
  • Bobby McFerrin « Don’t Worry Be Happy » (George H. W. Bush, 1988)
  • Neil Diamond « America » (Michael Dukakis, 1988)
  • Fleetwood Mac « Don’t Stop » (Bill Clinton, 1992)
  • Sam & Dave « Soul Man » (Bob Dole, 1996)
  • Bachman-Turner Overdrive « You Ain’t Seen Nothing Yet » (Al Gore, 2000)
  • The Call « Let The Day Begin » (Al Gore, 2000)
  • Tom Petty & The Heartbreakers « I Won’t Back Down » (George W. Bush, 2000)
  • Billy Ray Cyrus « We The People » (George W. Bush, 2000)
  • Van Halen « Right Now » (George W. Bush, 2000)
  • Brooks & Dun « Only in America » (George W. Bush, 2004)
  • Pat Green « Wave On Wave » (George W. Bush, 2004)
  • Creedance Clearwater Revival « Fortunate Son » (John Kerry, 2004)
  • Bruce Springsteen « No Surrender » (John Kerry, 2004)
  • U2 « Beautiful Day » (John Kerry, 2004)
  • John Lennon « Power To The People » (Cynthia McKinney, 2008)
  • ABBA « Take A Chance On Me » (John McCain, 2008)
  • John Mellencamp « Our Country« (John McCain, 2008)
  • Ben Harper « Better Way » (Barack Obama, 2008)
  • Stevie Wonder « Signed, Sealed, Delivered, I’m Yours » (Barack Obama, 2008)
  • U2 « City Of Blinding Lights » (Barack Obama, 2008)
  • Jackie Wilson « Higher & Higher » (Barack Obama, 2008)
  • Aretha Franklin « Think » (Barack Obama, 2012)
  • Bruce Springsteen « The Rising » (Barack Obama, 2012)
  • Bruce Springsteen « We Take Care Of Our Own » (Barack Obama, 2012)
  • Kid Rock « Born Free » (Mitt Romney, 2012)
  • Rodney Atkins « It’s America » (Mitt Romney, 2012)
  • Rachel Platten « Fight Song » (Hillary Clinton, 2016)
  • Katy Perry « Roar » (Hillary Clinton, 2016)
  • Sara Bareilles « Brave » (Hillary Clinton, 2016)
  • The Rolling Stones « You Can’t Always Get What You Want » (Donald Trump, 2016)

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Marine Bienvenot:

Se dit souvent que la vie c'est comme une boîte de chocolat. A comme tonton Bill Murray, comme BFF Rachel McAdams et Seth Cohen, comme grands frères les Black Keys, comme sista Angela Chase, comme cousin chelou Thom Yorke, comme mamie gâteau Maggie Smith, comme famille les Braverman, comme prof de guitare Nick Drake, comme grand-père castor raconte nouuus une histoire Steven Spielberg... Oui dans mes rêves, oui. Clear eyes, full hearts, can't lose ! Comme le dit si bien le Coach Taylor.

Laissez un commentaire