La playlist des 10 meilleurs morceaux du mois d’avril 2017

Classé dans : Home, Jukebox, Musique | 0

 

Vous l’avez senti vous aussi, ce léger refroidissement de l’atmosphère ? On ne sait pas si cela est dû au climat politique pour le moins tendu du moment ou au climat tout court, mais la playlist d’avril sera doudou. D’une nostalgie contre laquelle on a un peu envie de se lover. On vous aura prévenu.

 


1. Juliette Armanet

On ne voit qu’elle, on n’entend qu’elle et, souvent, on ne parle que d’elle. Son prénom n’est pas Marine mais Juliette et son programme à elle est mélodieux. Vous aurez lu que sa pop soyeuse rappelle la variété classieuse des Michel Berger, Véronique Sanson et consorts, c’est vrai. Sa plume est virevoltante, ses mots joueurs, privilège d’ancienne journaliste.

2. Isaac Delusion

Les frenchies d’Isaac Delusion ne se sont pas assis sur les lauriers tressés autour d’un premier album prometteur. De scènes en EPs, ils ont mûri Rust & Gold jusqu’à en faire un disque fluide et complet. L’album regorge de tubes moins rêveurs mais plus accrocheurs, la preuve avec « How Much (You Want Her) 2017 ».

3. The New Pornographers

Supergroupe canadien composé notamment de A.C Newman et Neko Case, The New Pornographers en est à son septième album. Whiteout Conditons est un condensé de power pop efficace où l’on entend des pointes de The Cars ou de Fleetwood Mac. Un bonheur donc.

4. Cold War Kids

« Love is Mystical » représente ce que Cold War Kids est capable de faire de plus efficace sans perdre son mojo indie rock. Cela fait une décennie maintenant que la bande de Nathan Willett fait grincer les guitares et L.A Divine, ce nouvel album, est une carte postale musicale des plus ensoleillées et des plus virevoltantes.

5. Joshua James

Joshua James est un hypersensible et son folk rock fournit les frissons en plus de l’obsession. « Real Love » parle d’amour, oui, mais d’amour désenchanté, celui que l’on n’est pas sûr de rencontrer un jour. Et c’est beau à pleurer.

6. Peter Peter

Poète moderne de la désillusion, le Québécois Peter Peter avait charmé son monde avec un premier album joliment nommé Une version améliorée de la tristesse. Plus élégant, plus electro, plus sensuel, Peter Peter 2.0, toujours aussi lettré, nous entraîne dans l’horizon perdu de « Little Shangri-La ».

7. Mac DeMarco

King du downtempo, empereur du cool, as de la détente, ce grand slacker de Mac DeMarco rechausse la guitare acoustique pour un troisième album en cinq ans. Apaisante, « This Old Dog » s’écoute les doigts de pieds en éventail, une piña colada dans la main et le roulis du hamac qui vous berce. Summer is coming.

8. Raoul Vignal

Raoul Vignal est la preuve vivante (et lyonnaise) que les français savent faire de la folk à l’américaine. Une guitare à la Nick Drake, une voix à la Kings of Convenience, Vignal parcours la folk comme un hobo des temps modernes, entre délicatesse et ferveur.

9. Sean Rowe

Monolithe barbu qu’on n’aimerait pas croiser dans une ruelle sombre, Sean Rowe se transforme en colosse pétri de sensibilité dès qu’il se met à chanter une americana où la folk prend une tournure bluesy grâce à une voix de basse à vous serrer le coeur. « To Leave Something Behind »… pas nous déjà.

BONUS TRACK : Lord Huron

Série sensible et importante sur le harcèlement scolaire et le mal-être adolescent, 13 Reasons Why possède, en plus d’un casting irréprochable, une bande-son de qualité. Mêlant des morceaux de cold wave à d’autres pépites indie pop, elle cartographie, elle aussi, l’adolescence. « The Night We Met », chanson signature de la relation entre Hannah et Clay, serre la gorge à chaque écoute.


 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Marine Bienvenot:

Se dit souvent que la vie c'est comme une boîte de chocolat. A comme tonton Bill Murray, comme BFF Rachel McAdams et Seth Cohen, comme grands frères les Black Keys, comme sista Angela Chase, comme cousin chelou Thom Yorke, comme mamie gâteau Maggie Smith, comme famille les Braverman, comme prof de guitare Nick Drake, comme grand-père castor raconte nouuus une histoire Steven Spielberg... Oui dans mes rêves, oui. Clear eyes, full hearts, can't lose ! Comme le dit si bien le Coach Taylor.

Laissez un commentaire