La playlist des 10 meilleurs morceaux de novembre 2017

Classé dans : Jukebox, Musique | 0

 

Winter is coming, comme disait l’autre. Et même si la mélancolie automnal n’est pas une légende, autant se réchauffer en musique. La playlist de novembre est un petit cocon qui réchauffe les corps et les coeurs. En avant la musique !

1. Noel Gallagher’s High Flying Birds

L’heure du Round 2 est venue : qui de Liam ou de Noel aura réussi à faire chavirer les nostalgiques d’Oasis ? Si Liam en solo rappelle les plus belles heures de la britpop, Noel replonge carrément dans l’euphorie des 70’s avec « Holy Mountain ». Originalité en plus pour l’aîné mais on va déclarer une égalité. Pour cette fois.

2. Charlotte Gainsbourg

On est complètement tombé en amour de Rest, ce si Gainsbourien quatrième album de Charlotte, première du nom. Guidée par SebastiAn, elle vogue, tout au long du disque, des volutes pop 70’s aux beats electro contemporains, comme sur « Sylvia Says ».

3. Daniele Luppi & Parquet Courts

Musicien, producteur et arrangeur italien, Daniele Luppi est reconnu pour l’univers cinématographique de ses compositions et pour ces multiples collaborations, allant de Broken Bells et Gnarls Barkley aux Red Hot Chili Peppers. On se souvient particulièrement de Rome, son supergroupe aux accents de western spaghetti, formé avec Jack White, Danger Mouse et Norah Jones. C’est ici entouré des jeunes rockers de Parquet Courts et de la très énergique Karen O qu’il met en scène dans un album conceptuel Milan et la jeunesse de ses années 80.

4. Baxter Dury

La voix grave et ô combien sensuelle du dandy Baxter Dury revient adoucir vos oreilles. « Miami », comme le reste de l’album éponyme, est une petite friandise pop, nonchalante et charmante, où le crooner continue de ne surtout pas forcer son élégant flegme.

5. Curtis Harding

A la première écoute, et si on ne lisait que la première moitié du patronyme inscrit sur la jaquette, on pourrait croire que des inédits de Curtis Mayfield refont surface en 2017. Mais non, ce nouveau roi de la modern soul se nomme Harding et il nous fait revivre les moments les plus groovy des années 60 et 70.

6. Sam Smith

Après le succès planétaire de In The Lonely Hour, un premier album comprenant quasiment autant de tubes que de chansons (« Money On My Mind », « Stay With Me », « I’m Not The Only One »…) et un Oscar de la meilleure chanson glané pour « Writing’s On The Wall », titre écrit pour le James Bond Spectre, Sam Smith a pris le temps de mûrir. Désormais en paix avec qui il est, il revendique le fait d’aimer un homme dans « HIM », tout en questionnant l’absence d’empathie de la religion à ce sujet. Eminemment personnel, le morceau se conclue dans une orgie de gospel. Puissant.

7. MC Solaar

Dix ans après Chapitre 7, on a tout de même retrouvé la danse des mots du MC Solaar sur « Geopoétique », titre éponyme d’un album qui ne convainc malheureusement pas. Claude M’Barali est peut-être resté éloigné trop longtemps du cirque musical ou bien il a tout simplement vieilli, et n’arrive plus à faire jouer ses mots avec les maux d’une époque. Dommage.

8. Tim Dup

Tim Dup a fait ses classes en chantant la monotonie des voyages en TER. Aux côtés du slam lettré de Ben Mazué ou du hip hop triste de Eddy de Pretto, d’une touche gracieuse il émeut avec sa douce mélancolie. Et ça n’a rien d’un paradoxe.

9. Sufjan Stevens

Encore éblouis par la grâce de Carrie & Lowell, sorti il y a un an et demi, on a accueilli The Greatest Gift comme le plus beau des cadeaux. Composé de démos et de morceaux inédits des sessions d’enregistrement du dernier album, Sufjan Stevens nous régale, quelques jours avant Noël.

BONUS TRACK. Petit Biscuit

Cela fait presque deux ans que « Sunset Lover » et sa ritournelle electro-pop réchauffe nos hivers et illumine nos étés. Mais Petit Biscuit, petit prodige d’à peine 18 ans, sort seulement son premier album, Presence, sur lequel figure ce petit bijou d’ores et déjà intemporel.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Marine Bienvenot:

Se dit souvent que la vie c'est comme une boîte de chocolat. A comme tonton Bill Murray, comme BFF Rachel McAdams et Seth Cohen, comme grands frères les Black Keys, comme sista Angela Chase, comme cousin chelou Thom Yorke, comme mamie gâteau Maggie Smith, comme famille les Braverman, comme prof de guitare Nick Drake, comme grand-père castor raconte nouuus une histoire Steven Spielberg... Oui dans mes rêves, oui. Clear eyes, full hearts, can't lose ! Comme le dit si bien le Coach Taylor.

Laissez un commentaire