Il est une tradition que les quotidiens, hebdos ou mensuels nationaux, qu’ils soient spécialisés ou non, aiment à faire perdurer. Celle d’envoyer un photographe portraitiste couvrir pour eux le Festival de Cannes. C’est toujours un plaisir de retrouver dans leurs pages, ou sur leurs sites, internet les visages de ceux qui font vibrer notre quinzaine cinéphile.

Ainsi cette année, Yann Rabanier a placé ses sujets dans une galerie des glaces aux multiples facettes et continué à faire ses doux portraits pour Le Monde. Mixant des scènes de la vie cannoises en noir et blanc et des portraits de stars magnifiquement mis en lumière, c’est pour Libération qu’est parti Frédéric Stucin. Julien Mignot est parti shooter pour Grazia. L’un prend de belles images en noir et blanc tandis que l’autre, armée de papier carbone, leur amène de la poésie. Jérôme Bonnet, grand habitué du raout cannois, continue de voir passer devant son objectif les plus grands, qui figureront, cette année encore, dans les pages de Télérama. Mathieu Zazzo s’est partagé en deux pour l’occasion. Qu’ils soient pour OCS, la chaîne des séries et So Film, le mensuel de cinéma pas comme les autres, ses portraits au format carré sont à tomber de beauté. Enfin, le photographe britannique Greg Williams, qui possède un carnet d’adresses et une proximité que l’on envie avec bon nombre de stars du 7è art, a choisi Paris Match et … Instagram pour partager ses portraits en noir et blanc intimistes de ses amis. Tom Hardy au petit déj, Natalie Portman à la plage, Jack O’Connell faisant le mariole…

Finalement avec tous ses portraits, on se dit que les gens à Cannes sont comme nous, mais en plus beaux. Et ceci grâce à Yann Rabanier, Frédéric Stucin, Julien Mignot, Jérôme Bonnet, Mathieu Zazzo et Greg Williams.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Portfolio : La quinzaine cannoise des portraitistes
  • Copyrights : Jérôme Bonnet, Julien Mignot, Yann Rabanier, Frédéric Stucin, Greg Williams, Mathieu Zazzo
  • Publiés dans : Libération, Le Monde, Télérama, Grazia, The New Yorker
  • Texte : Marine Bienvenot

Laissez un commentaire