Rétro 2015, les 10 meilleures séries de l’année

Classé dans : Séries, Top 5 Records | 3
Et voilà, une année et une invraisemblable quantité de séries de plus à mettre au compteur. Ici, à Pop’Up, on essaye d’en voir le plus possible. Pas pour le plaisir, non, juste pour pouvoir faire ces tops de fin d’années en étant d’une objectivité absolue. Faut dire qu’on adore ça nous, les listes.
Blague à part, nous sommes surtout des dingues du petit écran qui n’aurons jamais assez de trois vies pour voir tout ce qui se fait de bon (et parfois de moins bon), que ce soit sur le câble, sur les networks ou sur les services de SVOD ; en France, aux Etats-Unis, en Angleterre, en Suède ou en Australie ; en comédie ou en drame ; en épisodes de vingt minutes ou d’une heure.
Voici, parmi l’océan de productions télévisuelles, les dix petites pépites de notre saison 2014-2015. Dix séries qui nous ont touchées, émues, fait rire ou réfléchir, retournées le cerveau, étonnées, choquées … Bref, celles qui ont marqué notre année. A noter qu’on y trouve beaucoup de nouveautés, comme quoi ce n’est pas forcément dans les vieux pots que l’on fait la meilleure soupe.
Nota bene : la brillante Transparent, leader de notre top des nouveautés l’an dernier, vient tout juste de rendre disponible sa deuxième saison. Nous n’avons donc pas eu le temps de la regarder. Nul doute qu’elle figurera en bonne place dans le top de l’année prochaine.

1. You're The Worst

You’re The Worst

Saison 2

You’re The Worst nous avait déjà tapé dans l’œil l’an dernier, elle nous a chamboulée cette année. Dans cette comédie romantico-trash pour cyniques déçus de la vie, l’émotion affleurait déjà, puissante et brute, derrière un humour décapant. Les masques finissaient par tomber, Gretchen et Jimmy étaient « le pire » pour l’autre, mais ils étaient surtout là l’un pour l’autre, malgré la solitude et les vacheries. Cette saison 2 explore la cohabitation de deux êtres qui en ont trop bavé pour se laisser aimer, et aimer eux-mêmes. Tout en conservant ce côté sale gosse, You’re The Worst amène une profondeur bouleversante en deuxième année. Elle aborde avec subtilité la dépression, sujet lourd et pourtant logique pour ces personnages abîmés par la vie. Gretchen, Jimmy mais aussi Lindsay et Edgar, sidekicks de luxe, sont des personnages complexes mais terriblement attachants. Des loups solitaires qui repoussent tout ceux qui voudraient les aimer, en espérant secrètement qu’ils les retiennent. La larme à l’œil et le cœur serré, c’est trop tard pour nous, on voudrait ne jamais les quitter.

2.The Leftovers

The Leftovers

Saison 2

Rarement série aura réussi, hors anthologie, à se renouveler autant que The Leftovers pour sa deuxième saison. Il ne faut pas avoir froid aux yeux pour se séparer si tôt d’une partie de ses personnages, pour délocaliser l’intrigue et même prendre un virage à 180° dans la narration. C’est ce que Damon Lindelof, pourtant regardé d’un mauvais oeil depuis qu’il a laissé Lost s’enfoncer dans la médiocrité, a osé entreprendre.
Hantée par la disparition soudaine de 2% de la population, une communauté cherchait, dans la première saison, à faire son deuil, se déchirant pour essayer de mieux comprendre.
Cette année, The Leftovers est devenu un drame métaphysique intense, bouleversant et surtout habité. Rarement série aura réussi à toucher au plus profond l’âme des relations humaines. La famille, l’amour, qu’il naisse ou meurt, et surtout la foi (en soi ou en l’autre) en sont les piliers. Bouleversante de beauté, nous faisant passer du bonheur à la tristesse la plus profonde en l’espace d’un instant, The Leftovers vous laisse sonné, avec l’espoir furieux que la troisième saison, qui sera la dernière, en fasse un chef d’oeuvre. Rien de moins.

3.fargo

Fargo

Saison 2

Loin du ratage anthologique de la deuxième saison de True Detective, Fargo, inspirée par le film des frères Coen, a su repartir à zéro sans perdre l’intelligence, le savoir-faire et l’humour noir inclassable qui nous avait conquis l’an dernier. Le bond dans le passé en direction des années 70 est l’occasion de cultiver un côté funky étonnamment rafraichissant, alors que la violence fait toujours partie intégrante du show. Personnages improbables, situations drolatiques, répliques au cordeau, la frontière entre polar et comédie est toujours irrémédiablement fine.
Alors qu’on pouvait croire que le casting de la première saison ne pourrait être égalé, Jesse Plemons, Patrick Wilson, Kirsten Dunst, Ted Danson, Cristin Milioti ou bien encore Nick Offerman sont incroyables de justesse et de second degré. Noah Hawley, le showrunner, poursuit quant à lui son exploration de la violence par accident. Ou comment un quidam se retrouve au coeur d’un enchaînement de dérapages. Brillant.

4.dix pour cent

Dix pour cent

Saison 1

Une fois n’est (vraiment) pas coutume, une série française trouve sa place parmi les meilleures de l’années. Et même parmi les cinq meilleures. On serait pas loin de crier à l’exploit si, cette année, on n’avait pas commencé à entrevoir un début d’embellie dans la création originale française. Dix pour cent est l’exemple flagrant de cette réussite. Fine, réfléchie, extrêmement drôle et brillamment interprétée (guests comprises), la série de Fanny Herrero croque habilement les coulisses de l’industrie du rêve.
C’est en effet quatre agents artistiques aux prises autant avec la conjoncture économique qu’avec leurs talents, que suit Dix pour cent. Regorgeant de répliques cultes, la série touche également juste quand elle aborde la passion pour son métier, la solitude, l’ambition et les relations familiales et amoureuses. Sans compter qu’elle est une très belle déclaration d’amour au cinéma.

Relire notre dossier sur la fiction made in France ici.

5.mr robot

Mr. Robot

Saison 1

La révélation de cette année s’appelle sans aucun doute Rami Malek. Repéré dans la mini-série The Pacific ou au cinéma dans le sublime States Of Grace, il habite de ces yeux hallucinés l’intrigant thriller informatique de Sam Esmail, Mr. Robot. Plongée dans la psyché malade d’Elliot, hacker asocial, paranoïaque et surdoué, en croisade contre une mystérieuse multinationale rebaptisée Evil Corp, Mr. Robot est fascinante.
Bijou de mise en scène, de narration et d’ambiance, Mr. Robot flirte avec la folie, empruntant à David Fincher et son Fight Club. Une expérience qui vous retourne le cerveau, complexe, parfois un peu lourde, mais d’une ambition folle vous laissant avec une sensation de manque à la fin des dix épisodes de cette première saison.

Relire notre dossier sur les séries de l’été ici.

Master Of None

Saison 1

Aziz Ansari, trublion sautillant de Parks & Recreation, a surpris son monde cet automne en créant, écrivant, réalisant, jouant et diffusant grâce à Netflix, sa petite pépite indie, Master Of None. Auto-fiction en partie romancée, on y suit les questionnements de Dev, acteur trentenaire, sur les errements professionnels et relationnels de la génération Y, éternellement indécise.
Mais Master Of None porte également un regard critique, précis et intelligent sur des problématiques de notre époque (la fidélité, le féminisme, l’immigration…). Attachante, esthétiquement réussie et brillamment écrite, dans un style presque allenien, la comédie d’Aziz Ansari marque les esprits, que ce soit par des saillies hilarantes ou par de jolis moments suspendus.

Relire notre critique ici.

7.mozart in the jungle

Mozart In The Jungle

Saison 1

Amazon a décidément frappé très fort cette année. Après Transparent et avant The Man in the High Castle, le service de SVOD a proposé Mozart In The Jungle, duel au sommet entre un chef d’orchestre vieillissant et son successeur, jeune chien fou bien décidé à donner un sérieux coup de fouet à l’archaïque New York Philarmonic. Face à face, Malcolm McDowell et Gael Garcia Bernal se livrent un combat impitoyable sous les yeux d’une jeune hautboïste tentant de percer, tant pour prouver qu’ils sont les meilleurs que pour faire perdurer l’institution.
Chapeautée par Roman Coppola, Jason Schwartzman et Paul Weitz, Mozart In The Jungle insuffle un côté cool, bohème et surtout furieusement rock’n’roll au monde orchestral. Sexe, drogue et musique classique.

Relire notre enquête sur la révolution Amazon ici.

Catastrophe

Saisons 1 et 2

A coup de comparaison facile, Catastrophe pourrait être la petite soeur britannique de You’re The Worst. Toutes deux possèdent un ton politiquement incorrect parfait pour une anti-comédie romantique. Un publicitaire américain profite d’un séjour à Londres pour prendre des cours de langues approfondies avec une irlandaise vivant dans la capitale anglaise. Six semaines plus tard, une chose en entraînant une autre, Rob quitte les Etats-Unis pour rejoindre Sharon, enceinte de leur enfant, en Angleterre. Mais tous deux sont des quarantenaires peu calibrés pour la vie de famille
Catastrophe est le succès surprise de cette année en Angleterre, celui à qui l’on offre deux saisons en une année. Portée par l’humour brut et réaliste de Rob Delaney et Sharon Horgan, tous deux scénaristes et rôles principaux, la série est également d’un réalisme désarmant. So british.

9.unreal

UnReal

Saison 1

Lancée en plein été sur Lifetime, une chaîne du câble américain s’adressant principalement aux femmes, UnReal aurait pu passer complètement inaperçue. C’était sans compter sur le côté voyeur de cette dramédie à la fois soap, télé-réalité et documentaire. En suivant les coulisses trash d’une émission de dating, type Bachelor, UnReal égratigne au passage ces machines à broyer l’humain où le pire n’est jamais assez.
La série de Sarah Gertrude Shapiro est également un jouissif duel au sommet entre Rachel (Shiri Appleby) et Queen (Constance Zimmer), reines de la manipulation, toujours sur le fil entre cynisme dénué d’humanité et états d’âme. Une recette gagnante qui a fait d’UnReal bien plus qu’un guilty pleasure estival : un carton dont on attend déjà impatiemment la deuxième saison.

Relire notre critique ici.

10.casual

Casual

Saison 1

Famille je vous aime, famille je vous hais. Casual, comédie du service de SVOD Hulu, explore les atermoiements relationnels avec intelligence et humour. Valerie, psy fraîchement divorcée, emménage avec sa fille adolescente chez son frère, playboy trentenaire. Ce dernier utilise l’algorithme du site de rencontres qu’il a créé à des fins personnels, tandis que sa soeur se relance dans le bain du dating, avec plus ou moins de réussite.
Avec humour et une pointe d’amertume, Casual dit bien des choses sur les traumatismes relationnels des babyboomers et la complexité des relations amoureuses contemporaines. Mais elle est avant tout une émouvante exploration du lien fraternel, complexe et indéfectible, et du lien parental, frustrant et conflictuel. Au final, on y parle surtout d’amour.

Séries2015Challengers

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Marine Bienvenot:

Se dit souvent que la vie c'est comme une boîte de chocolat. A comme tonton Bill Murray, comme BFF Rachel McAdams et Seth Cohen, comme grands frères les Black Keys, comme sista Angela Chase, comme cousin chelou Thom Yorke, comme mamie gâteau Maggie Smith, comme famille les Braverman, comme prof de guitare Nick Drake, comme grand-père castor raconte nouuus une histoire Steven Spielberg... Oui dans mes rêves, oui. Clear eyes, full hearts, can't lose ! Comme le dit si bien le Coach Taylor.

3 Responses

  1. […] Relire le top de nos séries préférées de 2015 ici. […]

  2. […] étaient en tête de notre classement l’an dernier, les sales gosses abîmés par la vie de You’re The Worst. Ils continuent de nous charmer, […]

Laissez un commentaire