Si on aime Marvel, est-ce qu’on aime Les nouveaux héros ?

Classé dans : Cinéma, Et si ? | 1

Les nouveaux héros

 

Alors oui, dit comme ça, ça peut surprendre. Et pourtant …
En 2006 Disney rachète Pixar, le studio qui a transformé l’animation en la rendant plus humaine. En 2009 rebelote, c’est cette fois Marvel, leader incontesté du monde des super-héros et des comics qui tombe dans l’escarcelle de la marque à la souris. On aurait pu craindre le pire, notamment la perte d’autonomie et de créativité des deux studios, mais le tour de force de Disney a été de leur laisser les coudées franches dans le traitement et la réalisation de leurs oeuvres. Du côté de Pixar Toy Story 3 et Rebelle, sortis sous l’étiquette Disney/Pixar sont des succès. De même pour Avengers ou Les Gardiens de la Galaxie chez Marvel. Mais ce n’est qu’aujourd’hui, en 2015, qu’apparait le chaînon manquant entre les trois studios. Premier essai de cette collaboration Disney/Marvel mâtinée de Pixar, Les Nouveaux Héros est en salles depuis mercredi.

Adapté d’un comics Marvel intitulé Big Hero 6, on y suit Hiro Hamada, jeune surdoué de 14 ans passionné de robotique tentant de surmonter la perte d’un être cher. Aidé par Baymax, un robot sidekick attachant, sensible et drôle, sorte de bibendum tout doux (mou?) dont l’utilité première est de soigner le corps et le coeur, et d’une bande d’amis qu’il transforme en super-héros high-tech, il va tout faire pour déjouer un complot criminel fomenté par un méchant très méchant. C’est par le biais de cette aventure que Disney rentre pleinement dans le 21è siècle. Car s’ils avaient déjà essayé d’exploiter leur côté geek en modernisant leur narration avec Les Mondes de Ralph et ses personnages sortis de jeux vidéos sans rencontrer le succès, c’est en restant dans le giron traditionnel de la princesse aux cheveux d’or (Raiponce, La Reine des Neiges), qu’ils continuaient à cartonner. Et pas qu’un peu.
C’est pourtant dans l’univers post-moderne de San Fransokyo que se déroule l’action de ces Nouveaux Héros. Une ville hybride entre les collines et le Golden Gate Bridge de San Francisco et les cerisiers en fleurs et autres buildings high tech de Tokyo. Le travail graphique sur cette ville imaginaire est des plus réussi, l’architecture et l’esthétisme inédits collent parfaitement avec le monde de la robotique qui nous y est dépeint. Ridley Scott s’y était essayé avec succès dans Blade Runner, qui sait s’il ne faut pas voir là un petit hommage.

Mais c’est dans les thématiques abordées que l’on voit le plus le rapprochement des trois studios. En utilisant une recette qui a fait le succès des meilleurs Pixar, Les Nouveaux Héros émeut. Les scénaristes se sont attelés à parler du travail de deuil avec empathie et pédagogie et si l’action est évidemment un autre des atouts majeurs du film, le plus important reste de voir Hiro recommencer à vivre. Quant à la mécanique Marvel on la retrouve dans la caractérisation des personnages. Le super-héros se trouve être un geek intello (Peter Parker, Tony Stark si vous m’entendez) et le méchant Yokai a basculé du côté obscur de la force suite à un malheur passé. Sans compter quelques morceaux de bravoure en vol que n’aurait pas renié Iron Man et une apparition savoureuse de Stan Lee qui devrait vous faire attendre la fin du générique. La facilité du film réside cependant dans la simplicité de son scénario et la sous-exploitation de quatre des Big Hero 6. Mais ce cocktail action-émotion, qui pourrait être un mix entre Le Géant de Fer, Les Indestructibles et Avengers, ne saurait vous laisser de marbre. A condition d’avoir toujours au fond de vous un petit geek, fan de comics, qui sommeille.

taux de kiffance les nouveaux héros

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Marine Bienvenot:

Se dit souvent que la vie c'est comme une boîte de chocolat. A comme tonton Bill Murray, comme BFF Rachel McAdams et Seth Cohen, comme grands frères les Black Keys, comme sista Angela Chase, comme cousin chelou Thom Yorke, comme mamie gâteau Maggie Smith, comme famille les Braverman, comme prof de guitare Nick Drake, comme grand-père castor raconte nouuus une histoire Steven Spielberg... Oui dans mes rêves, oui. Clear eyes, full hearts, can't lose ! Comme le dit si bien le Coach Taylor.

One Response

  1. […] oui tiens, pas plus tard qu’il y a quelques semaines, j’ai eu un petit crush pour Baymax moi. Rien à voir avec Les nouveaux héros de Disney bien sûr. Ici, notre Chappie se retrouve à […]

Laissez un commentaire