Sicario : de la bonne poudre aux yeux

Classé dans : Cinéma, Le 140 | 1
140 sicario

Si vous avez manqué le début : Fraîche recrue du FBI, Kate veut faire le ménage dans la zone de non-droit qu’est devenu la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Tout un programme. Aussi prend-elle part à une intervention maousse visant à ventiler du cartel mexicain, et dont elle comprendra, mais un peu tard, qu’elle ne maîtrise absolument rien.

Denis Villeneuve est un petit malin. Son thriller, aussi implacable sur le fond qu’impeccable dans sa forme, vient d’élever le niveau du genre. Pendant deux heures, le réalisateur québécois manipule son héroïne idéaliste, campée par une Emily Blunt en rangers, comme le spectateur, otage extatique de ce diable de film en forme d’opération diversion à grande échelle.

Pour infiltrer les cartels mexicains, Villeneuve opère avec une précision chirurgicale. Lors d’une séquence d’anthologie, il traverse une plaque tournante de la drogue en mode commando, avec entrée dans la ville aux aguets, interpellation quasi invisible de la cible, des yeux qui guettent le danger à tous les carrefours, et neutralisation éclair de nouveaux suspects en forme de coup de semonce. Le tout orchestré par l’équipe de gros bras de Josh Brolin et Benicio Del Toro. Plus personne ne bouge un cil. La tension crève l’écran.

Elle ne sera pourtant rien à côté de la métamorphose à venir. Dans son deuxième acte, Sicario bascule pour révéler le personnage mutique de Del Toro en une machine à tuer sans merci.

Avec Sicario, le réalisateur de Prisoners et Enemy vient de rassurer les derniers sceptiques, qui doutaient encore de sa capacité à prendre la relève de Ridley Scott à la barre de Blade Runner 2. Ça ne devrait être qu’une formalité.

Top Tw3ets

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Christophe Chadefaud:

Collectionneur d’images qui aime l’amour et les zombies. GPS vivant. Regarde généralement où il met les pieds, même s'il a souvent la tête dans les nuages. Cinélover adorateur de merveilleux. Aime aussi ranger sa chambre, les feux d’artifice, Woodstock et grimper le Machu Picchu. Et pas nécessairement dans cet ordre.

One Response

Laissez un commentaire