Talisco, California dreamin’

Classé dans : Home, Le 140, Musique | 0


Talisco, multi-instrumentiste adepte des côtes ouest (françaises comme américaines), prend de la hauteur pour un deuxième album frais et chaleureux. Plongée vertigineuse vers le soleil avec Capitol Vision.

Il y a trois ans Run, un premier album résolument pop porté par les tubes « Your Wish » et « The Keys », tapait dans les oreilles d’à peu près tout le monde. Notamment Bouygues Telecom. Entre chevauchées fantastiques et spleen automnal, l’énergie pop des Two Doors Cinema Club et les échos electro de Griefjoy, Talisco se créait un univers cinématographique à l’efficacité musicale redoutable.
D’un morceau à l’autre, on avait l’impression de passer des grandes plaines typiques du western aux fenêtres humides d’un salon parisien, tout en ne pouvant empêcher ses mélodies de sautiller dans nos têtes. Imparable.
Le succès au rendez-vous, la tournée de l’album le guide outre-Atlantique. Un rêve de gosse et une influence incontestable dans l’écriture de son deuxième opus.

Californication

Imprégnée de la culture et de l’art de vivre californiens, la musique de Talisco, déjà profondément américaine, se fait plus chaleureuse, plus lumineuse, plus brut aussi, sur Capitol Vision. Alors qu’il fantasmait ses envies d’ailleurs dans Run, ses voyages et découvertes enrichissent ce deuxième album.
Il fait un clin d’oeil à ses origines espagnoles sur « Shadows », se fait plus électrique avec « Sitting With The Braves » et même indolent sur le lancinant « A Kiss From L.A. ». Les guitares s’affirment (« The Martian Man »), les percus raisonnent (« Stay (Before The Picture Fades) ») et les hymnes indie-pop ont des beats electro tenaces (« Thousand Suns »).

Panorama

Ecouter Capitol Vision c’est descendre Mulholland Drive en Mustang décapotable, l’air chaud de la Cité des Anges qui vous balaye le visage. C’est faire un cure de vitamine D et prendre un shoot d’U.V. en plein hiver. C’est s’évader vers plus de légèreté au son d’une voix qui, au détour de certains échos, vous rappelle celles de Robert Plant ou Freddie Mercury.
Une musique taillée pour le live, sautillante, rafraichissante et profondément lumineuse. Ne gâchez pas votre plaisir, embarquez.


 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire