Zootopie : Poil de maître

Classé dans : Cinéma, Le 140 | 1

Popandup140Zootopia

Si vous avez manqué le début : Judy Hopps a toujours été animée d’un grand sens de la justice. Son rêve : quitter sa campagne et devenir la première lapine officier de police à Zootopie, une mégalopole idyllique dans laquelle tous les animaux, proies et prédateurs, vivent en harmonie. Sa première affaire de disparition d’animaux va la mettre face à une réalité bien différente…

Il est loin le temps des premiers films d’animation Disney, où les animaux se contentaient de rôles de peluches muettes façon Panpan et Bambi. Désormais, quand ils l’ouvrent, c’est pour mieux croquer les travers humains.

Zootopie présente un monde sans hommes, mais dont l’humanité est le cœur battant de chaque renard, lapin, buffle et mouton qui peuplent l’écran. Comme si, au studio de ce bon vieux tonton Walt, on était allé titiller Aristote. « L’homme est un animal politique », qu’il disait. Et vice et versa, semble-t-il.

Des héros rigolos de tous poils

Zootopie a tout pour emballer les foules, grands et petits. Visuellement, la richesse des palettes de couleurs et des textures des décors et des personnages garantissent un enchantement sans commune mesure.

Mais, plus important encore, les héros, comme seconds rôles, sont autant de ressors comiques potentiels. Dans le sillage de la lapine Judy, véritable boule d’optimisme, on trouve son équipier forcé, Nick Wilde. Plutôt que d’être simplement rusé comme le renard que la nature a voulu qu’il soit, il arbore la mine blasée du gars qui a roulé sa bosse et sait comment tourne le monde.

Du réceptionniste d’un club d’animaux naturistes au parrain du crime, en passant par l’armée de paresseux qui font tourner (au ralenti) l’administration de Zootopie… tous semblent avoir été écrits avec une plume satirique bien trempée.

Politiquement culotté

Derrière l’enquête policière rondement menée et ses clins d’œil à Breaking Bad et au Parrain, ce buddy movie pétillant de malice se gonfle d’une morale hautement politique, au regard de notre actualité. Zootopie ouvre le débat du mieux vivre ensemble. Dans cette société qui est celle des animaux, plutôt que de seulement survivre les uns à côté des autres en essayant de tirer son épingle du jeu, Judy, l’héroïne lapine reconnaît ses tords. Faire évoluer la société commence par évoluer soi-même, et reconnaître que nos différences sont des forces et non des barrières. Un discours qui n’a rien de naïf. Il est même sacrément audacieux pour un animé Disney et mérite d’être applaudi.

Top Tw3ets

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Christophe Chadefaud:

Collectionneur d’images qui aime l’amour et les zombies. GPS vivant. Regarde généralement où il met les pieds, même s'il a souvent la tête dans les nuages. Cinélover adorateur de merveilleux. Aime aussi ranger sa chambre, les feux d’artifice, Woodstock et grimper le Machu Picchu. Et pas nécessairement dans cet ordre.

One Response

Laissez un commentaire