Leave No Trace, l’appel de la forêt

Classé dans : Cinéma, Home, Le 140 | 0

Alors que depuis Winter’s Bone Jennifer Lawrence a eu le temps de devenir la reine d’Hollywood, Debra Granik, sa réalisatrice, n’était réapparue sur nos radars que le temps d’un documentaire en 2014 (Stray Dog). Elle est enfin de retour avec Leave No Trace, où elle poursuit son exploration de l’Amérique des précaires et des laissés-pour-compte.

Si vous avez manqué le début : Père cabossé par le deuil de son épouse et les traumatismes de l’une de ces guerres inutiles que l’Amérique impose à ses concitoyens, Will vit en marge avec sa fille, Tom, dans les forêts humides de l’Oregon. Jusqu’au jour où les autorités viennent les déloger et leur imposent une réinsertion sociale.


Sept ans après avoir révélé Jennifer Lawrence dans l’âpre Winter’s Bone, et malgré l’engouement suscité par ses quatre nominations aux Oscars, Debra Granik a eu du mal à financer son nouveau projet. Il faut dire qu’en marge de l’industrie hollywoodienne, la réalisatrice prend le temps de s’immerger dans les contrées, les communautés et les histoires qui nourrissent son cinéma, souvent à la frontière de la fiction et du documentaire.
Elle s’intéresse cette fois-ci encore à l’Amérique des petites gens. Ceux qui préfèrent se faire oublier dans un coin de mobile-home plutôt que de servir le grand capital. Celle des vétérans qui se retrouvent SDF, à dealer leurs traitements contre le stress post-traumatique en échange de vivres. Celle d’un père qui n’a trouvé que l’auto-subsistance en milieu naturel pour s’extraire de la brutalité du monde.

Into the wild

Cette existence marginale en rejet de la société peut faire penser au récent Captain Fantastic, mais Leave No Trace n’en possède pas le côté utopique. Porté par le magnétisme de Ben Foster et la candeur de la révélation Thomasin McKenzie, incarné par la caméra minérale et presque organique de Granik, le film ne tombe pas non plus dans la noirceur à l’excès.
Malgré son introduction survivaliste, il laisse à voir une errance délicate et harmonieuse seulement stoppée par l’incompréhension de ceux pour qui ce mode de vie n’a rien de normal ou d’épanouissant. Arrachés à la nature pour retrouver la civilisation, ses codes, ses jugements et ses obligations, forcés de se conformer à un moule domestique qui ne leur correspond pas, la cohabitation du père et de la fille est remise en question.

A la croisée des chemins

Lassée de devoir vivre aux aguets, de toujours fuir, Tom découvre au gré des rencontres le bonheur simple d’avoir un foyer, des voisins, une communauté auprès desquels s’ancrer. Debra Granik laisse alors le choix, à ses protagonistes comme aux spectateurs, d’emprunter des sentiers différents.
Les désirs d’émancipation de la fille ne sont pas moins important que ceux de totale solitude du père. En acceptant que leurs aspirations ne sont pas compatibles mais aussi respectables l’une que l’autre, Will et Tom se font le plus beau des cadeaux : laisser le choix à l’une et la liberté à l’autre.

 


Top Tw3ets

 


 

  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    4
    Partages
Suivre Marine Bienvenot:

Se dit souvent que la vie c'est comme une boîte de chocolat. A comme tonton Bill Murray, comme BFF Rachel McAdams et Seth Cohen, comme grands frères les Black Keys, comme sista Angela Chase, comme cousin chelou Thom Yorke, comme mamie gâteau Maggie Smith, comme famille les Braverman, comme prof de guitare Nick Drake, comme grand-père castor raconte nouuus une histoire Steven Spielberg... Oui dans mes rêves, oui. Clear eyes, full hearts, can't lose ! Comme le dit si bien le Coach Taylor.

Articles récents de

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.