Rétro 2018 : les 10 meilleures séries de l’année

En 2018, le petit écran nous a une nouvelle fois scotché par sa richesse et sa qualité, sa force de réinvention et sa recherche narrative. Même dans les thématiques éculées (la maison hantée, l’hôpital, le monde de l’espionnage), les séries sont capables de nous étonner. Et de nous rendre toujours plus accros. Demain, tous addicts ? Trop tard.
Par Marine Bienvenot, Christophe Chadefaud et Thomas Lapointe.

The Haunting Of Hill House

Saison 1

La maison hantée est l’artefact ultime du cinéma d’horreur. De Shining à Crimson Peak, elles nous ont autant attirées que terrorisées. Hill House ne fait pas exception. Cependant, la série de Mike Flanagan est moins un thriller horrifique qu’un bouleversant drame familial. Dans un sublime poème macabre, elle assène que les regrets et les secrets sont nos fantômes. En nous cueillant sur la pointe des pieds, The Haunting Of Hill House nous aide à faire nos deuils, comme Six Feet Under en son temps. Inutile de résister, vous frissonnez autant de peur que d’émotion.
M.B

Relire notre critique de la première saison de The Haunting Of Hill House ici.

The Handmaid’s Tale

Saison 2

Rarement une série nous aura autant retourné les tripes, sans doute parce que sa dystopie terrifiante résonne comme un avertissement lugubre sur les dérives de nos sociétés. Si la première saison de The Handmaid’s Tale était une claque, la seconde l’est tout autant. La composition de chaque épisode tient une nouvelle fois de la perfection. Une plastique glacée mise au service de cérémoniels toujours plus avilissants pour la femme. Évolution des rapports dans le triangle Defred/Commandant/Serena, tensions qui montent d’un cran, rébellion en marche… Tout est en place, autant que la revanche qui point déjà dans la saison 3. Et on a tellement hâte qu’elle éclate.
C.C

Relire notre critique de la première saison de The Handmaid’s Tale ici.

Dix pour cent

Saison 3

Quel plaisir de retrouver Andréa, Mathias, Gabriel et Arlette ! Toujours flanquée de leurs impayables assistants, la fine fleur des agents artistiques repart pour une saison 3 toujours aussi soucieuse de son écriture et du développement de ses personnages. Mathias redevient le salaud magnifique, Hicham dévoile sa corde sensible grâce à Andréa et Colette, Noémie et Hervé sont plus tordants que jamais et le défilé de vedettes qui jouent de leurs images avec juste ce qu’il faut de décalage est toujours aussi savoureux. En un mot comme en cent : encore !
C.C


Killing Eve

Saison 1

Phoebe Waller-Bridge n’a pas fini de nous surprendre. Loin de s’engager dans le chemin tout tracé de la comédie grinçante, à l’image de ses précédents méfaits (Crashing et Fleabag), la voilà qui nous embarque dans un thriller d’espionnage un tantinet déjanté. Ou l’improbable rencontre entre la star de Grey’s Anatomy Sandra Oh, en employée des services secrets britanniques qui s’ennuie, et la jeune Jodie Comer qui campe une tueuse à gages psychotique. Leur jeu du chat et de la souris est aussi dément qu’effrayant.
T.L

Relire notre critique de la première saison de Killing Eve ici.

Le Bureau des légendes

Saison 4

Quatre saisons et toujours d’une efficacité diabolique, Le Bureau des légendes confirme son statut de création originale française la plus ambitieuse jamais écrite. Flirtant sans cesse entre romanesque et réalisme, la série d’Eric Rochant reste au plus près des enjeux géopolitiques contemporains : traque des djihadistes en fuite dans les ruines de Raqqa, surveillance de masse, hacking russe, déstabilisation des démocraties… Malotru, Phénomène, Jonas, Sisteron et les autres seront de retour pour de nouvelles aventures : l’Histoire contemporaine a encore de quoi inspirer les auteurs du Bureau des légendes.
M.B


Pose

Saison 1

En plein cœur de la communauté voguing du New York des années 80, Blanca, jeune femme trans, quitte celle qui l’a sortie de la rue pour fonder sa propre « House ». De ball en ball se déploie alors une galerie de personnages aux personnalités aussi fortes qu’extravagantes et terriblement attachantes. Les personnages, qu’ils soient trans, homos, blancs, noirs, latinos ou séropositifs, doivent se confronter au regard de la société en général mais aussi de la communauté LGBT. Ryan Murphy fait alors de Pose une série éminemment contemporaine et politique.
T.L


The Marvelous Mrs. Maisel

Saison 2

L’Upper West Side Story de Mrs. Maisel prend le large en cette deuxième saison. Une escapade dans le Paris bohème des fifties et des vacances d’été dans un station balnéaire des Catskills n’empêchent pas Midge de poursuivre son émancipation par le stand-up. Une direction artistique toujours plus léchée, des dialogues toujours plus ciselés, un sous-texte toujours plus féministe… Amy Sherman-Palladino et Rachel Brosnahan, auréolées de leurs deux Golden Globes et de leurs cinq Emmy Awards, peuvent continuer à parler aussi vite qu’elles le veulent, on les suivrait au bout du monde.
M.B

Relire notre critique de la première saison de The Marvelous Mrs. Maisel ici.

Sharp Objects

Mini-série

Fort de la réussite de Big Little Lies, Jean-Marc Vallée poursuit sa collaboration avec HBO en adaptant un roman de Gillian Flynn, “Sur ma peau”. Le retour au bercail d’une journaliste, chargée d’enquêter sur le meurtre de deux adolescentes, est prétexte à l’auscultation en règles d’une famille où règnent tensions et non-dits. Au cœur d’une réalisation sensorielle où la violence s’exprime par coups de fouet, Amy Adams est toujours plus étourdissante, rôle après rôle.
T.L


The end of the f***ing world

Saison 1

Road movie entre deux weirdos magnifiques, cavalcade amoureuse entre une ado provoc et un aspirant psychopathe, sorte de Bonnie & Clyde qui aurait un peu trop fricoté avec Skins et DexterThe end of the f***ing world est un peu tout ça, et plus encore. Improbable, touchant, unique, cette série anglaise est sans conteste le coup de cœur surprise de 2018.
C.C

Relire notre critique de la première saison de The end of the f***ing world ici.

Hippocrate

Saison 1

La très bonne nouvelle de l’année côté création française est venue de Canal+. Grâce à Thomas Lilti, nous avons enfin une vraie bonne série médicale ! Loin des quickies en salle de garde de Grey’s Anatomy, Hippocrate se rapproche plus du réalisme d’Urgences dans sa manière de présenter l’hôpital dans sa globalité. Dans un style quasi documentaire, la série n’élude rien des dysfonctionnements, à la fois humains et budgétaires, de l’hôpital public. Même si l’état des lieux est inquiétant, Hippocrate séduit grâce à Louise Bourgoin, bouleversante dans son meilleur rôle, et à sa profonde empathie.
M.B

Relire notre critique de la première saison d’Hippocrate ici.

Bodyguard

Saison 1

Bodyguard a probablement été la série qui a le plus fait grimper notre tension artérielle de l’année. Sommet de suspense, la série de Jed Mercurio, hit absolu en Angleterre sur la BBC et dans le monde sur Netflix, aborde les tensions contemporaines liées au terrorisme et à l’état d’urgence en glissant du thriller d’espionnage au polar conspirationniste. Elle cartographie la géopolitique contemporaine en couplant les jeux de pouvoir politique au contre-pouvoir médiatique. Maligne et portée par le charisme de Richard Madden, Bodyguard aura martyrisé notre palpitant de son intensité.
M.B

Relire notre critique de la première saison de Bodyguard ici.

 
 


 

  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    8
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.