Rétro 2019 : les 10 meilleurs albums de l’année

Un bon album, l’un de ceux qui marquent une année, se reconnaît à sa capacité à être un tout et pas juste une somme de chansons. Un bon album raconte une histoire en une dizaine de chapitres qui font tous sens les uns avec les autres. Voici ceux qui, de révélations en retours inespérés, de rock allemand en rap anglais, resteront les plus belles histoires de 2019.
Par Marine Bienvenot

Billie Eilish

When We All Fall Asleep, Where Do We Go ?

La jeunesse prend le pouvoir. Si Greta Thunberg a pris à bras le corps le combat écologiste, sur les ondes c’est Billie Eilish (18 ans) qui fait entendre la voix d’une génération. Troublée et troublante, elle n’édulcore rien du mal-être adolescent et se sert de sa “pop macabre” comme exutoire. Les productions léchées d’Eilish, mêlant l’acoustique à l’électronique, surprennent, hypnotisent, touchent… Avec When We All Fall Asleep, Where Do We Go ?, la jeune américaine questionne son époque et rassure ceux qu’elle effraie : ils ne sont pas seuls.

La chanson coup de cœur : “bad guy” , à écouter ici.

Balthazar

Fever

Fini les échappées belles avec Warhaus, Maarten Devoldere a repris le chemin de Balthazar. Le groupe flamand, avec son quatrième album, se fait plus fiévreux. Fever, le bien nommé donc, c’est toujours une pop léchée flirtant avec le rock symphonique, mais la cuvée 2019 se révèle aussi plus entrainante, plus élégante. Les Balthazar sont devenus des dandys de grands chemins et ce n’est pas pour nous déplaire.

La chanson coup de cœur : “Fever” , à écouter ici.

Izia

Citadelle

Le virage vers la pop électronique, opéré par Izia avec La Vague en 2015, trouve avec Citadelle un ancrage organique. De ce fait, il s’agit sans doute de l’album le mieux construit et le plus émouvant de l’année. S’ouvrant sur la disparition de son père et se clôturant sur la naissance de son fils, Izia le remplit de messages, de souvenirs, d’adieux mais aussi d’espoir. Son deuil se fait en douceur, comme une course vers la lumière où le fantôme du grand Jacques serait un ange gardien. La vie continue.

La chanson coup de cœur : “Dragon de métal” , à écouter ici.

Vampire Weekend

Father Of The Bride

On pensait que les années 2010 avaient signé la fin du rock indépendant, la guitare électrique y ayant été remplacée par les beats electro et R’N’B. C’était sans compter sur la bande d’Ezra Koenig, bien décidée à enterrer la décennie comme elle l’avait commencé. Les 18 titres de Father Of The Bride oscillent entre pop enthousiaste et rock chaleureux, tout en illustrant les questionnements de cette génération, passée à l’âge adulte à l’écoute de leurs albums.

La chanson coup de cœur : “Harmony Hall” , à écouter ici.

Ilgen-Nur

Power Nap

Biberonnée au grunge des années 90, la jeune allemande de 23 ans veut clairement en découdre. Dans la veine de ces filles qui prouvent que le rock n’est pas qu’une affaire de testostérone (Courtney Barnett, Snail Mail, Girl in Red…), elle met notre société face à ses travers et chante ses quêtes les plus personnelles. Power Nap n’a rien d’une sieste musicale, même si elle s’avère réparatrice.

La chanson coup de cœur : “You’re A Mess” , à écouter ici.

Loyle Carner

Not Waving, But Drowning

Loin des canons de surenchère du hip hop international, Loyle Carner cultive sa normalité, sa simplicité. Construite autour de son amour de sa famille, sa musique flirte amoureusement avec la soul, le jazz, la poésie et la vie quotidienne. Sans transitions, le londonien passe de sa vie aux morceaux, de la parole au rap, avec ce flow nonchalant qui rappelle The Streets. Un vent de fraîcheur avant le Brexit.

La chanson coup de cœur : “Carluccio” , à écouter ici.

Andrew Bird

My Finest Work Yet

Peu d’artistes portent aussi bien leur (vrai) nom qu’Andrew Bird. Mais il y en a encore moins capables d’autant de recul sur leur musique : le titre de son 12ème album, My Finest Work Yet, sonne à la fois comme un aveu et une vérité immuable. Pas de flagornerie ici, car Bird sort de sa zone de confort folk pour plus de rythme et des textes plus politiques. Un coup de pied dans la fourmilière bienvenue pour entamer une nouvelle décennie et la poursuite d’une carrière déjà bien remplie.

La chanson coup de cœur : “Olympians” , à écouter ici.

Angelo De Augustine

Tomb

Un ange passe… Petit protégé envoyé par Dieu le Père Sufjan Stevens à nous autres pauvres terriens, Angelo De Augustine propose le même genre de folk douce et intimiste que son mentor. Si ce troisième album, celui par lequel il arrive seulement à nos oreilles, pouvait n’être que le premier d’une longue suite de petits miracles, on en serait ravis.

La chanson coup de cœur : “Time” , à écouter ici.

Lana Del Rey

Norman Fucking Rockwell

Diva mélancolique apparue sur nos radars à la faveur de clips langoureux et de musique cinématographique (et inversement), Lana Del Rey a ensuite eu du mal à nous accrocher de manière aussi radicale et intemporelle qu’avec “Video Games” ou “Born To Die”. Sa langueur et son timbre rauque se remettent à briller à la faveur de l’écriture à la fois intime et universelle de Norman Fucking Rockwell. Car l’album est autant personnel qu’il est un gigantesque patchwork de l’Amérique contemporaine, de ses rêves éternels à ses failles endémiques.

La chanson coup de cœur : “Doin’ Time” , à écouter ici.

Kevin Morby

Oh My God

Chaque album de Kevin Morby trouve sa place parmi les meilleurs de l’année et Oh My God ne fait pas exception. Après avoir revisité l’Amérique rock et folk sur les traces de Dylan ou Cohen, Morby s’est lancé cette fois-ci dans un album concept autour des thèmes de la religion et de la spiritualité. En élargissant considérablement sa palette musicale, le texan questionne le divin comme langage universel mais nous offre des mélodies toujours aussi prodigieuses. Son langage universel à lui, c’est clairement la musique.

La chanson coup de cœur : “No Halo” , à écouter ici.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Suivre Marine Bienvenot:

Se dit souvent que la vie c'est comme une boîte de chocolat. Clear eyes, full hearts, can't lose !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.